L'énergie ne vient pas des hanches, mais du Hara ! Karaté-Blog.net
fermer la fenetre

NE RESTEZ PAS LES MAINS VIDES !

Laissez moi vous remercier
pour votre visite - Recevez GRATUITEMENT

  • Le livre REPERE “Comment se défendre face à une agression”.
  • Mes vidéos sur les étirements.
  • Mon livre sur les Echauffements.
  • Et plein d’autres surprises !
Ebooks et Vidéos à télécharger gratuitement
Prénom :
Email :

L’énergie ne vient pas des hanches, mais du Hara !

par Bruno Bandelier

energie-ne-vient-pas-des-hanches-Bruno-BandelierEst-ce que l’énergie vient des hanches ?

Hier, j’ai réalisé une vidéo un peu inhabituelle. J’ai lancé un petit débat sur le point de départ de l’énergie lorsque l’on donne un coup de poing (Tsuki). En effet, j’ai affirmé la phrase suivante:

Lorsque l’on donne un Tsuki, l’énergie ne part pas des hanches mais du Hara (le centre de gravité du corps, ou le ventre).

Alors c’est vrai que je n’invente rien, car ce principe est connu de tous les arts martiaux. Pourtant on a souvent tendance à faire l’erreur et à penser que l’énergie vient des hanches. En lançant ce débat hier, je voulais faire disparaître cette croyance qui est souvent enseignée à tord, disant que l’énergie provient des hanches.

J’ai alors posé une question aux karateka :

Si je m’assoie sur un tabouret tournant et que je donne un Tsuki sans poser les jambes par-terre, est-ce que sur le tabouret mon corps tourne dans le sens de mon coup de poing, ou dans le sens inverse ?

J’ai eu quelques réponses à cette vidéo, mais surtout ça a déclenché de réels débat sur notre page facebook avec des réponses assez partagées…

C’est pourquoi j’ai voulu donner la réponse dans une seconde vidéo, où je vous montre que l’énergie ne vient pas des hanches et je vous en donne la preuve avec mon tabouret magique :
Sur un tabouret, lorsqu’on met un Tsuki en levant les jambes, notre corps tourne dans le sens inverse du coup donné.

En effet, on pourrait penser l’inverse au premier abord. J’ai d’ailleurs déjà demandé à mes élèves, et presque tous me répondaient que le corps partait dans le sens du coup de poing. L’explication est en fait assez simple, et je vous la donne maintenant.

Bruno Bandelier energie et hara
En fait, comme vous allez le voir dans la vidéo, l’énergie part du Hara (du ventre). Pour partir, cette énergie va tout simplement prendre appui sur la hanche (la hanche droite en l’occurrence, car j’ai utilisé le bras droit). En conséquence, la hanche droite va se reculer, et le reste du corps va donc la suivre pour se diriger à droite. Comme vous le comprenez donc, il n’est pas du tout faux de dire que la hanche a un gros impact dans la transmission d’énergie, bien au contraire, la hanche est très importante ! Mais pourtant l’énergie ne part pas de la hanche mais bien du Hara.

Au final, la hanche, les jambes, le sol et les épaules n’ont pour but que d’accélérer le mouvement du coup de poing, et de permettre à l’énergie provenant du Hara d’être transmise de la manière la plus rapide et la puissante possible. Pour le prouver, j’ai fait quelques expériences pour montrer que même sans les jambes par exemple, on pouvait avoir de la puissance. Pour ce faire, j’ai décidé de tester en mettant un coup de poing en apesanteur (l’idée m’est venue d’un commentaire que j’ai reçu). Bon, on est un peu loin de la lune, donc je me suis débrouillé, j’ai donc sauté en mettant un Tsuki.

Le résultat est celui attendu, même si le coup de poing donné a un peu moins de puissance, il est quand-même puissant et on sent que la force provient du ventre. J’ai essayé également avec un Mae Geri et le résultat est le même. Voici la seconde vidéo:

Et vous qu’en pensez vous ? L’énergie vient de vos hanches, du Hara, du sol ?
Donnez-moi votre avis dans un commentaire ci-dessous !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Guide offert !
"Comment réussir vos passages de grade"


 

Recherches utilisées pour trouver cet article :

force dynamique des hanches en karaté, hara energie
[Total : 14    Moyenne : 5/5]

Dans Divers

Déjà 10 commentaires laissez le votre ci-dessous !!! →

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS

*

Tags:
Separate individual tags by commas
  1. Renaud permalien

    Merci, c’est très clair et très évident dans ta démo !

  2. alain permalien

    Bonjour Bruno, je sais pas ou tu as entendu que l’énergie venait des hanche??

    De mémoire de karatéka, je n’ai jamais entendu dire que l’énergie venait des hanches. S’il y a des professeurs qui le disent il faut qu’ils arrêtent le karaté et qu’ils changent de sport (la pêche par exemple).

    J’ai été très étonné que tu puisses faire une vidéo à ce sujet. A mon avis le travail du Hara reste compliqué, il faut commencer à apprendre aux élèves comment respirer pour arriver à dégager de l’énergie. Je trouve que tu t’attaques à gros morceau pour soit disant des débutants jusqu’à la ceinture noire. Il ne faut pas confondre puissance et énergie, se sont deux choses complètement différentes. Tu aurais dû commencer par ça
    il ne faut oublier qu’il y a une progression dans le karaté et qu’il ne faut pas brûler les étapes. Il est bien dommage que certains professeurs ne respect plus le karaté traditionnel et se laissent entrainer par leur propre imagination qui n’est plus en rapport avec nos anciens, j’appel plus ca du karaté Do mais du karaté loisir tout comme l’histoire de ton tabouret je ne vois pas se qu’il vient faire là au milieu.

    Ci-dessous, pour mettre d’accord tout le monde un petit extrait de sensei Taiji KASÉ

    L’importance du Hara (point situé à quelques trois centimètres en dessous du nombril) dans le Budô a deux origines. D’un côté, il y a la méditation Zen. Dans le Zen, on découvrit qu’après la respiration ordinaire ou pectorale, au niveau des poumons, il y avait une méthode pour faire descendre l’air au moyen de la respiration vers le centre du corps, jusqu’au Hara. Cela donnait une plus grande stabilité et plus de facilité pour contrôler l’intérieur du corps et les mouvements s’amélioraient notablement. D’un autre côté, il y avait les Samouraïs et certaines expérimentèrent que, si au lieu d’utiliser la force musculaire des épaules, on utilisait un emplacement plus vers le bas, c’est-à-dire vers le Hara, les techniques étaient plus efficaces et avec plus de possibilités de réussite. Et comme au Japon, existaient déjà le Kendo, le Ju-Jutsu, etc. comme arts du Budô, petit à petit, le Karaté-dô parvint à suivre cette voie. Pour cela, il utilisa la respiration de la manière suivante: comprimer l’air vers le Hara, le maintenir là comprimé et utiliser cette énergie extra sous forme de force explosive pour la réalisation des techniques. Respirer correctement vers le Hara et faire cette compression permet de générer une force explosive indispensable par exemple dans les Sambon-Tsuki, Sandan-Tsuki ou les travaux de Hente (techniques successives avec le même bras), qui ne pourraient être réalisées efficacement avec une respiration au niveau de la poitrine ni avec la force musculaire des épaules. La maximum efficacité n’est possible qu’avec la force explosive que génère la respiration, l’emplacement et la compression dans le Hara.

    Les hanches
    Elles permettent des mouvements vibratoires. Des mouvements naturels. Les hanches accompagnent toujours les mouvements de blocages ou d’attaque. Chaque mécanisme de hanche engendre une dynamique à l’impact, augmentant la puissance des attaques et des blocages. Les hanches sont par exemple toujours dans l’angle des blocages. Ce qui permet un travail de hanche circulaire qui amplifie la profondeur et la puissance des mouvements tout en permettant un grand relâchement musculaire.

    Moral ne pas confondre puissance et énergie

    • Pierre permalien

      Bonjour,
      je suis tout à fait d’accord sur l’ensemble de ton commentaire et si je peux me permettre, j’ai eu la chance de suivre plusieurs stage de HandiKaraté et lorsque l’on est sur une chaise roulante on s’apercoit rapidement qu’il nous reste encore beaucoup de travail.
      Ne pas mettre la charrue avant les boeufs

    • Bonjour Alain,

      En fait j’entend souvent dire que tout vient des hanches. Certes le travail des hanches est important comme tu l’écris par l’intermédiaire de Maître Kase, mais comme il le dit lui même, ce qui produit la force explosive, ce n’est pas les hanches mais le Hara.

      Je ne vois pas en quoi ma vidéo va à l’encontre du Karate traditionnel. J’ai voulu montrer que le travail des hanches ne faisait pas tout et que même quand on ne peut pas utiliser leur force rotation, on arrive quand même à frapper avec force car cette force vient du Hara et non des hanches. L’expérience du tabouret sert justement à séparer le Hara des hanches. Comme le bassin est posé sur le tabouret mobile on ne peut plus s’en servir d’appuis. Ce qui permet de se concentrer sur le ventre pour faire partir sa technique. Cette expérience n’a qu’un but pédagogique qui permet de mieux sentir l’énergie qui vient du Hara.

      L’extrait de Maître Kase est très bien mais ne contredit en rien ce que j’avance, au contraire. Il explique bien que l’énergie est créer dans le Hara, et que les hanches n’ont que des mouvements vibratoires qui permettent d’orienter l’énergie et de gagner en profondeur.

      Nos anciens nous ont appris de grandes choses mais ce que je retiens du Karate-do c’est que nous devons toujours être dans l’apprentissage et la réflexion. Donc ce que dit Maître Kase est très bien mais je ne vois pas en quoi ça met tout le monde d’accord ? Est-ce que nous n’avons plus droit de réfléchir, de penser, de donner notre avis ?

      Tu me parles de différence entre l’énergie et la puissance, et c’est vrai que ce n’est pas la même chose. L’énergie est une quantité, une capacité alors que la puissance est l’énergie que l’on déploie dans un certains laps de temps. Quand je dis que l’énergie vient du Hara, suivant la vitesse et la quantité d’énergie que l’on déploie on développera plus ou moins de puissance. C’est pour cela que l’on parle de force explosive car plus la technique est rapide, plus on développe une puissance élevée. En bref, on peut avoir beaucoup d’énergie mais si on l’a restitue au ralenti on ne sera pas puissant et donc efficace. Mais je ne vois pas à quel moment dans ma vidéo je confond les 2 (Mais c’est possible que j’aie fait un mélange. Désolé)

      Merci en tout cas pour ton commentaire argumenté.

      Amicalement,
      Bruno

  3. Hanafi permalien

    Bonjour
    Bravo pour les démonstrations je vous en remercie.Il ne me reste plus qu’à acheter un tabouret pour mon dojo!
    L’efficacité = Hara, hanches, l’appui du talon et le membre supérieur en mouvement avec contraction uniquement du poing juste à l’impact !
    Une addition d’énergie
    Encore merci
    Hanafi

  4. Hanafi permalien

    Suite au commentaire précédant : Ajouter la rotation du poignet à l’impact!!
    Ai-je oublié une autre énergie?

  5. Roger permalien

    Tu as raison Bruno. Malgré 40 années passées, je me souviens que Sensei Kasé nous disait souvent : “ventre fort”, sous entendu l’énergie vient du ventre. Et nous conseillait aussi de nous concentrer sur la partie qui touchait l’adversaire au moment de l’impact.
    Dans la salle, rue de la Montagne Ste Geneviève chez Henry Plée il y avait un sac de frappe. Lorsque l’un d’entre nous frappait dessus, pied ou poing, le sac voltigeait. Par contre lorsque Sensei Kasé frappait le sac ne bougeait pas mais le poing ou le pied pénétraient !!!!!

    • J’ai trouvé une vidéo que j’ai relayée et une frappe assez étonnante en 3:55 sur la vidéo Shinjinbukan:
      http://karate.philau.fr/videos/
      On dirai que les anciens styles okinawiane ( le “ti”)t visait une grande vitesse par ondulation du corps.

  6. ali permalien

    je vous remercie beaucoup pour tout ce que vous êtes entrain de faire pour le monde du karaté do ainsi que les renseignements bénéfiques que vous nous les envoyez à chaque contact.
    pour la question ,je pense que la force part du hara ,s’oriente par la hanche et se stabilise et s’amplifie par l’appui des pieds au sole qui est lui aussi très important.

  7. A mon avis, il y a plusieurs manière de faire la même chose. J’ai le souvenir d’un japonais qui lorsqu’il donnait des tsuki ceux-ci était précédés d’un bruit sourd venant de son talon dans le parquet. En termes biomécaniques on peut admettre qu’une rotation des hanches met le tronc en rotation et rajoute une vitesse en plus comme une petite tape depuis une moto donne une grande baffe.Le problème si l’on est contracté en bas et en haut on se retrouve avec deux blocs très inerte et des verterbres aux milieux qui vont assumer un transfert horizontal dans le meilleur de cas.Cela devient douloureux si l’on fait des séries pleins pots et conséquentes (40 de chaque cotés).Suite a cette expérience, je force plus trop sur cette rotation je n’ai plus mal au dos. Mais il est possible que des troncs plus massifs ou mieux gainés n’ai pas ce problème. Pour le concept de hara qu’on retrouve en hapkido, les orientaux sont plutôt discret sur ce sujet certain y voit un accumulateur d’énergie “subtile” et d’une respiration mais accompagnée de visualisation toutefois cette respiration nous mais mal à l’aise car notre culture valorise les ventres plats qui sont souvent des ventres rentrés.
    Sur le karaté haut de Me Funakoshi le mouvement des hanches est plus limités
    voir KArate Kihon de 1935 en pdf sur:
    http://karate.philau.fr/KatasCompares/