Oi Zuki et le travail de la colonne vertébrale - Cours de Karaté !!!
fermer la fenetre

NE RESTEZ PAS LES MAINS VIDES !

Laissez moi vous remercier
pour votre visite - Recevez GRATUITEMENT

  • Le livre REPERE “Comment se défendre face à une agression”.
  • Mes vidéos sur les étirements.
  • Mon livre sur les Echauffements.
  • Et plein d’autres surprises !
Ebooks et Vidéos à télécharger gratuitement
Prénom :
Email :

Oi Zuki et le travail de la colonne vertébrale

par Bruno Bandelier

Nous avons vu dans un précédent article le coup de poing en poursuite :  Oi Zuki. Pour aller plus loin dans l’étude de cette technique de Karaté, nous allons étudier dans cet article le comportement du dos et notamment de la colonne vertébrale pendant Oi Zuki.

Les 3 Utilisations différentes de la colonne vertébrale dans Oi Zuki :

Oi Zuki et le travail de la colonne vertébrale1 – Le tronc :

Il s’agit en fait de la description que l’on a déjà apprise dans l’article précédent :

Oi Zuki : La puissance des 2 jambes dans le bras.

En effet, en règle générale, quand nous faisons Oi Zuki, la colonne vertébrale se comporte comme un tronc. C’est à dire que tous mouvements de la hanche se répercutent tels quel aux épaules car nous conservons un dos très solide, qui créé une union entre le bassin et les épaules.

Cette façon de procéder est la plus courante car elle permet de protéger votre dos. C’est comme cela que vous devez apprendre Oi Zuki. En effet, de grandes forces sont transmises du bassin aux épaules et le dos doit être capable de les transmettre sans se blesser. En contractant fortement le dos dès le départ, on le protège de tout mouvement parasite et l’énergie du Hara (ventre) se transmet directement au bras sans que le dos n’y ajoute de puissance. L’énergie du ventre va “rebondir” sur le dos pour allez vers l’avant.

En solidarisant les branches (la ceinture scapulaire) avec les racines (la ceinture pelvienne) :

Le dos se comporte comme un tronc d’arbre très solide

Mais une fois que l’on maîtrise bien Oi Zuki (et pas avant!!!), pourquoi ne pas libérer la colonne vertébrale de cette tension et utiliser également la puissance des muscles du tronc, (abdominaux, dos…) de façon dynamique, et non plus statique, afin de l’additionner à notre technique?

Nous allons donc étudiez ci-dessous deux autres façons d’utiliser la colonne vertébrale dans Oizuki.

Avertissement important : Je tiens à préciser que le travail, décrit en 2 et 3, n’est pas conseillé aux débutants. En effet, il demande un relâchement de la colonne vertébrale mais qui doit rester relatif. Vous devez conserver une maîtrise de l’amplitude et ne pas laisser votre colonne vertébrale complètement libre car les forces générées par votre déplacement entraineraient des mouvements au delà de l’amplitude normale de la colonne vertébrale pouvant entraîner de graves lésions. Si vous débutez et que vous souhaitez tout de même aborder cette partie, surtout allez y doucement car vous risqueriez de vous faire mal aux vertèbres si vos mouvements ne sont pas bien maîtrisés et synchronisés.

Ces mouvements sont également déconseillés aux enfants qui en pleine croissance risque de créer une scoliose.

2 – Le fouet :

Notre colonne vertébrale est maintenue par de nombreux muscles qui lui permettent plus ou moins de se plier dans toutes les directions (je résume volontairement ;-)).

Nous allons donc utiliser  la puissance et la souplesse de notre colonne vertébrale pour dynamiser encore plus notre technique Oi Zuki.

Imaginons notre dos non plus comme un tronc ou une planche qui transmet exactement chaque mouvement des hanches aux épaules, mais comme une lame de ressort.

Imaginons maintenant que l’on fait Oi Zuki mais en retenant le haut du ressort par le milieu et en le lâchant au dernier moment. Vous voyez ce que je veux dire? La lame de ressort va avoir un mouvement fouetté que l’on va utiliser.

Vous faîtes donc Oi Zuki mais avec le tronc beaucoup plus détendu. Au moment du déplacement, lors de la première poussée dans le sol, le bas du corps va avoir un léger temps d’avance sur le haut. Attention, il ne faut pas que le haut du corps recule! Le haut du corps est également entrainé vers l’avant dans le déplacement mais comme le tronc (Abdos, dos…) est détendu, il prend un léger retard (Attention, il ne faut pas cambrer, c’est très léger!!!)

Lors du Tsuki proprement dit,  l’énergie explosive du Hara va se propager dans la colonne vertébrale du bas vers le haut avec une ondulation comme si l’on voulait fouetter avec le haut du corps. On termine lors du Kimé par une contraction au niveau de la colonne vertébrale et des abdominaux (le grands droits). Le dos redevient monolithique.

A la poussée des 2 jambes et à la rotation du bassin, nous venons d’ajouter, à notre Oi Zuki, le mouvement de fouetté de la colonne vertébrale.

3 – La torsion :

Imaginons à présent que l’on fait Oi Zuki mais en retenant le ressort au niveau de l’épaule qui frappe et pareil, on le lâche au dernier moment. Cette fois la lame de ressort va avoir un mouvement de torsion que l’on va également utiliser.

Vous faîte donc Oi Zuki toujours avec le tronc relativement détendu. Cette fois lors du déplacement, le haut du corps ne prend plus de retard sur le bas du corps, par contre au fur et à mesure que la hanche arrière passe devant (pivot), la rotation des épaules prend un léger retard. Attention, il ne faut pas que les épaules pivotent à l’envers. Elles pivotent bien dans le même sens que les hanches mais avec un léger retard entrainant une légère torsion au niveau des vertèbres dorsales (Attention, ne forcez pas sur cette torsion en tirant l’épaule vers l’arrière, c’est très léger!!!)

De la même manière que pour le mouvement fouetté, lors de la phase finale l’énergie du Hara va se propager du bas vers le haut avec une ondulation en spirale qui va progressivement réaligner les épaules sur les hanches. Ce “rattrapage” des épaules sur le bassin va permettre d’ajouter la puissance de rotation du tronc (Utilisation des obliques) à notre Oi Zuki.

Il faut là aussi bien synchroniser le kimé avec le réalignement des épaules sur les hanches afin que la force de cette rotation en spirale vienne  bien s’ajouter à la poussée des jambes et à la rotation du bassin.

Voilà, nous avons terminer notre étude sur le travail de la colonne vertébrale dans d’Oi Zuki. Pour que vous compreniez un peu mieux, je me suis amusé à faire une vidéo torse nu et j’ai fait des arrêts sur image. On voit quand même nettement le décalage entre les épaules et les hanches au moment où le pied avant touche le sol. J’ai refait un arrêt sur image 2 images après. Là dans les 3 cas, les épaules ont rattrapé les hanches insufflant aux poings une vitesse de plus en plus grande. Voici le montage photo :

Utilisation de la Colonne vertébrale dans Oi Zuki avec repères

Je reprend en détail et visuellement la description dans la vidéo ci-dessous, ce sera plus parlant ;).

L’entrainement en vidéo :

Maintenant que nous avons vu les 3 façons d’utiliser la colonne vertébrale dans Oi Zuki, nous allons passer à l’entrainement proprement dit de ces trois utilisations différentes.

Je vous ai préparé une vidéo pour vous entrainer, donc le temps de mettre votre kimon, je vous retrouve sur la vidéo.

(N’oubliez pas de vous échauffez avant grâce aux conseils que je vous donne dans l’ABC des échauffement , mon livre à télécharger gratuitement ;-))

Je tiens tout de même à rappeler que ces exercices sont à proscrire pour les enfants et ne sont pas conseillés pour les débutants. Si vous ne maîtrisez pas Oi Zuki, contentez vous de travailler avec le dos comme un tronc, vous protégerez ainsi votre colonne vertébrale.


>>> Télécharger la vidéo

Erratum : Dans la vidéo, lorsque je vous montre le mouvement fouetté, je parle de retard de l’arrière sur l’avant, je veux dire en fait du haut sur le bas. Dans mon esprit, j’imaginais mon dos par rapport à mon ventre et c’est pour cela que je parle d’avant et d’arrière, mais il faut bien comprendre le bas et le haut 🙂.

Voilà, j’espère que cette étude vous à plu et que vous verrez Oi Zuki différemment maintenant.

Laissez moi un commentaire ci-dessous, merci !

Merci et à bientôt 😉
Bruno

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Guide offert !
"Comment réussir vos passages de grade"


 

Recherches utilisées pour trouver cet article :

colonne vertebrale, karaté et colonne vertébral, malayalam quistience
[Total : 3    Moyenne : 4.8/5]
Déjà 13 commentaires laissez le votre ci-dessous !!! →

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS

*

Tags:
Separate individual tags by commas
  1. Markoki92 permalien

    Bonjour Bruno,
    C’est intéressant de se remémorer la biomécanique du rachis.
    Bonne continuation.
    Marc

  2. hanumanmusashi permalien

    bonjour bruno,

    j’ai eu l occasion de lire la grosse polémique qu a soulevé cette vidéo (sur kwoon); je trouve ta demarche excellente dans le sens ou le travail perso est une clé pour réussir a progresser (mais j estime qu on ne doit forcer personne!). le thème abordé ici est proche dans le principe de qui est fait en yoseikan. voici la base du travail ondulatoire de l ecole: http://www.youtube.com/watch?v=Q61UhPGBOIo
    oi zuki n est pas pratiqué a la facon shotokan au yos, mais c est une bonne manière d apprendre a balancer l onde de choc.

    Ca c est la première étape. ce que tu montres c est un travail vibratoire (voir k tokitsu ou me kasé et evidemment Hiroo mochizuki car c est celui qui le montre le mieux!). Ca demande une forme de corps capable de developper et surtout de résister à des frappes de tès grande intensité mais avec très peu de mouvement. Y a de l’idée et j espère que tu arriveras à construire cette forme de corps.

  3. Patrick permalien

    Bonjour Bruno,
    voilà (encore!) un exercice et des explications très intéressantes! Tu résumes bien en disant qu’il faut une bonne synchronisation. Il est vrai que le Oi-zuki, une des bases en karaté, se doit d’être exécuté avec relâchement et de déclencher la contraction seulement à l’impact. C’est beaucoup plus efficace et on le voit bien par le travail au sac. Mais l’effet du fouet n’est pas facile à maîtriser il faut dire. C’est à peine perceptible. C’est le petit + qui augmente la puissance du coup de poing. En toute modestie, je souligne que l’impulsion donnée par les hanches est celle qui contribue (pour le débutant que je suis) à l’efficacité du coup. merci Bruno pour tes vidéos, que du bonheur martial!

  4. Dans mon enseignement, je dis simplement lorsque vous partez d’une position A pour faire B, maintenez le A le plus longtemps possible et passez en B au dernier moment.
    a+

  5. M Sainvet permalien

    J’aimerai vous faire remarquer, sans frime, que Maitre Hiroo Mochizuki ainsi que tous les professeurs de Yoseikan Budo de la planète, dont je fais parti, dispensent cet enseignement depuis bientôt 40 ans . Nous utilisons, expliquons,et détaillons et appliquons dans tous les sens,cette formidable puissance du corps humain. Autant pour les poings, les pieds, les projections, les clés, et pour tout les usages des armes, ( katana, tonfa, bo, jo saîs ect)

    Cordialement

    M Sainvet

    • Bonjour M Sainvet,
      Oui tu as tout à fait raison, en Yoseikan budo, le travail de la colonne vertébrale est au centre de l’apprentissage.
      Mais en Shotokan, on a tendance à travailler beaucoup trop en force, c’est pour cela que ce travail est très intéressant pour nous.
      Mais vive le Yoseikan quand même (frimeur va ! :-))
      Amicalement,
      Bruno

  6. farid permalien

    bnj bruno
    merci pour l’ explication trés intéressantes

  7. Bjr Bruno!sujet trés intéressant que vous abordez Monsieur,le OI-ZUKI comme une technique de base du karaté a plusieurs formes d’execution en depend du style pratiqué.l’essentiel est de trouver cette efficacité de frappe en tenant compte les critère biomecanique qui entre dans la réalisation de la technique(l’attitude de la colonne vertibrale qui doit être bien droite,les hanches et le lembaire et leurs apport de force au movement sans oublié les épaules relachées et leurs rôle fortifiant de la frappe.)

  8. FRANCK CROUZET permalien

    Très intéressant à travailler, merci.

  9. Salut Bruno,

    Dans l’article “oi zuki et le travail de la colonne vertébrale” il est mentionné ceci à la rubrique La Torsion >> Cette fois lors du déplacement, le haut du corps ne prend plus de retard sur le bas du corps, par contre au fur et à mesure que la hanche arrière passe devant (pivot), la rotation des épaules prend un léger retard <<.

    Rien n'empêche de conjuguer les deux : le fouet + la torsion pour amplifier l'énergie à l'impact : translation en fouet additionnée à la rotation en torsion = puissance accrue !

    L'addition de ces deux forces se retrouvent d'ailleurs dans de nombreuses techniques (ex yoko geri), pour parler de geri justement on ne parle pas assez du rôle du "buste qui frappe", c'est dommage car cela change l'aspect énergétique, souvent l'on parle de l'accroche au sol, oui bien sûr, mais de quelle façon réellement et précisément ? plusieurs critères interviennent notamment le buste (comme dit ci-avant) ; le hara (évidemment, et encore comment le mettre en pression) ; le sacrum (surtout éviter le phénomène de rétroversion qui bouzille les reins à la longue) ; l'ouverture des hanches…

    Voilà trés brièvement un fond de pensée

    Chapeau pour ton oeuvre Bruno

    • Bonjour Christian,

      Oui bien sur tu as raison, on peut additionner les deux forces, mais à condition de bien maîtriser car le risque de se blesser et accru également.

      Pour l’utilisation du corps dans Yoko Geri, je t’invite à lire mon article et regarder la vidéo :
      Yoko Geri, le coup de pied de côté

      Je serais intéressé que tu me dises ce que tu en penses et si mon analyse te semble en adéquation avec le fond de ta pensée.

      Amicalement,
      Bruno

  10. youssef bbeche permalien

    bon jour bruno merci dabour pour les video que tu ma enveillé . est excuse mois si je tu repond pas a tes quistient. car Je n’ai pas bien étudier française .mon nom tu le connais mais pour ma ville ouarzazate maroc .

  11. fezeu ngompe bruno permalien

    salut atoie omonime,je m’excuse pour çe long silence jais ete perso
    nnellement interpeler par cette enseignement oizuki .tusait parfois
    çertains personne excute de cette fason sant connaitre limportance
    de cette forme.tel ait 1gros secret k tu revlle a tous ts fane .jais aussi observé k oizuki permet de travailler la vitesse ds bras.enfet tu fais 1sacré boulo.jais compris par là k tu fais beaucoup de recherche, et tu ais meme 1createur.
    enfet atraver tn enseignement pratique et ecrit moie personnelleme
    nt.j’aprent beaucoup.alors k dieu te benisse eta corde trs longue vie
    mont reive sait k 1jr je soit fisiquement proche de toie.je reçois ls
    message de chris merci bien pour tout