Shuto Uke, défense avec le sabre de main - Cours de Karaté en ligne
fermer la fenetre

NE RESTEZ PAS LES MAINS VIDES !

Laissez moi vous remercier
pour votre visite - Recevez GRATUITEMENT

  • Le livre REPERE “Comment se défendre face à une agression”.
  • Mes vidéos sur les étirements.
  • Mon livre sur les Echauffements.
  • Et plein d’autres surprises !
Ebooks et Vidéos à télécharger gratuitement
Prénom :
Email :

Shuto Uke, défense avec le sabre de main

par Bruno Bandelier

Voici La technique de référence du Karaté. En effet, il suffit de dire à quelqu’un que vous faites du Karaté pour qu’il fasse un Shuto. C’est assez comique, mais c’est comme ça.
C’est pourquoi je dis que c’est une référence, c’est la vitrine du Karaté, notre publicité naturelle, la technique sans laquelle nous n’existerions pas… C’est ce qui fait la différence dans la tête du public entre le karaté et la boxe. Bon, j’en rajoute sans doute un peu, mais quand même, essayez de vous présentez comme Karatéka ; vous verrez que les réactions finissent souvent pas un Shuto ou tout du moins une prise de garde mains ouvertes.
Allez trêve de baliverne, on est là pour parler Karaté et pour disséquer cette technique de défense qu’est Shuto Uke. Cela faisait pas mal de temps qu’on n’avait pas abordé de technique de défense et pour faire suite à la conclusion de l’article précédent : “Le Karaté est un Art de guerre au service de la Paix”, je me suis dis qu’une technique de défense serait la bien venue.
Bien sûr Shuto Uke peut également servir en attaque, mais dans ce cas on l’appellera Shuto-Uchi.

Comme je vous l’annonce dans le titre, Shuto Uke est une technique de défense avec le sabre de main.

shutô (手刀) signifie littéralement “sabre de la main” : on peut décomposer les idéogrammes ainsi : 手 (shu ou te ) = main et 刀 (tô ou katana) = katana

uke (受 ou 受け) signifie “réception” (On traduit souvent Uke par blocage et c’est une erreur. Heureusement d’ailleurs car une défense n’est pas nécessairement un blocage, ce peut être une absorption, une esquive…).
En fait, Uke vient du verbe ukeru (受ける) : recevoir, attraper, accepter, capter, subir, obtenir ce qui rejoint bien l’idée de défense.

Shuto Uke est plus souvent utilisé au niveau Chudan (mais il existe aussi au niveau Jodan) pour bloquer une attaque de bras en la frappant latéralement avec le sabre de main.

Décomposition de Shuto Uke :

Phase préparatoire :

Un peu comme pour Gedan Baraï, vos bras vont se croiser devant vous mais mains ouvertes : La main qui va faire Shuto se trouve au niveau de la clavicule inverse, paume ouverte tournée vers votre visage. L’autre bras est tendu devant vous en direction du futur point d’impact paume ouverte tournée vers le sol.

Les bras doivent rester le plus possible collés au corps (maintenez une pression sous les aisselles.) pour ne pas se découvrir (corps en protection) et pour conserver la connexion corporelle au niveau des épaules.

Le reste du corps doit rester détendu pour permettre l’accélération rapide de la phase suivante. Vous ne devez pas lever les épaules ou les hanches, seuls vos bras bougent et se plaquent contre le corps.

Intérieurement, vous contractez le transverse (muscle abdominal profond) en expirant doucement (en filet) afin d’augmenter la pression interne du hara pour préparer l’explosion de la phase de frappe proprement dite.

Le sabre de main :

Les bras vont maintenant se décroiser très rapidement. Se mouvement est initié par une forte rotation inverse des hanches et une contraction du dos (les omoplates se rapprochent!).

Le bras tendu devant est tiré en arrière (ikité) et vient se positionner paume vers le ciel juste en dessous le plexus solaire. Dans le même temps, l’autre bras fait Shuto Uke proprement dit : la main va vers l’avant (à 45° en diagonal!) avec un mouvement légèrement circulaire de l’intérieur vers l’extérieur et une rotation finale en coup de fouet autour du poignet.
L’impact se fait au niveau de la partie charnue entre l’auriculaire et le poignet.

J’ai bien précisé que la trajectoire de la main était “légèrement” circulaire car en fait, comme pour Gedan Baraï ou Uchi Uke, la main va prendre le chemin le plus court, quasiment en ligne droite pour frapper l’avant bras de l’adversaire de biais

Le coude ne doit pas sortir du corps. Si vous vous mettez contre un mur, c’est shuto qui doit toucher le mur et non le coude ;-). Le coude ne se déplace que très légèrement et joue plutôt le rôle de pivot pour l’avant bras.

A l’impact, l’épaule, le coude et le poignet sont alignés. Le bras reste plié quasiment à 90° et le coude n’est pas trop éloigné du corps (garder toujours la pression sous les aisselles). La main se trouve dans le prolongement de l’avant bras. Il ne faut pas casser le poignet.

Comme pour toutes techniques, les bras doivent rester le plus détendus possible pendant le mouvement afin de ne pas le ralentir. La contraction ne se fait qu’à la fin au moment du kimé.

 Le corps se retrouve quasiment de profil (Hanmi), c’est pourquoi on associe souvent cette technique à la position Kokutsu Dachi.

En effet, Shuto Uke se travaille en général en Kokutsu Dachi, ce qui permet d’enchainer très rapidement en contre  par un Gyaku Zuki en Zenkutsu Dachi ou par un Mae Geri Keage de la jambe avant.

Je vous laisse maintenant passer au vestiaire pour un petit entraînement. Sur la vidéo, je vous expliquerai en détail comment faire votre Shuto Uke, puis nous le travaillerons en déplacement Ayumi Ashi et Iki Ashi en Kokutsu Dachi. Nous verrons notamment comment la rotation inverse des hanches va, en plus d’être à l’origine de la technique, asseoir votre position et améliorer votre pression au sol et votre stabilité.

Mais avant, je vous conseille de vous préparer par un échauffement bien conduit. Inspirez vous pour cela des conseils que je vous donne dans le livre l’ABC des échauffements  😉


>>> Télécharger la vidéo

Voilà, j’espère que l’entraînement vous a plu et que vous avez perfectionnez vos Shuto Uke.

Nous retravaillerons prochainement cette technique dans un enchaînement de Kihon. Mais en attendant, j’attends vos commentaires 😉

A bientôt,
Bruno

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Guide offert !
"Comment réussir vos passages de grade"


 

Recherches utilisées pour trouver cet article :

shuto uke, shuto, technique karaté, différents shuto au karaté shotokan, karaté choto, sorte de shuto karate, technique karate parer de la main, tetechoique de coude de pied de de fence et des mains em karaté shotokan, travailler ses shuto uké
[Total : 9    Moyenne : 4.4/5]
Déjà 25 commentaires laissez le votre ci-dessous !!! →

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS

*

Tags:
Separate individual tags by commas
  1. tu savais que karaté ce disais comme ça en language des signes ?

    http://www.sematos.eu/v/lsf/NafNyYMQ

  2. Non, Johnny, je ne savais pas, mais je ne suis pas surpris. Ça rejoint ce que je dis au début de l’article. Cette technique est notre meilleur pub.
    Du coup je me dis que si un jour le Karaté est au Jeux Olympique, le public va être troublé de ne pas y voir de main ouverte 😉
    Mais bon, le Karaté au JO, c’est un autre débat !!!
    Merci en tout cas pour l’info.
    A+
    Bruno

  3. Markoki92 permalien

    Bonsoir Bruno,

    Fidèle au poste, j’ai lu ton article avec plaisir, éffectivement “Shuto Uke” est très représentatif pour le médias de la pratique du karaté, car cela reste un mouvement très ” instinctif “, et très puissant.
    Bonne continuation, amitiés.

    @+ Marc.

  4. Il s’agit pour moi d’un mouvement trés puissant qui peut également être un “piége” si il est interprété en terme de blocage : car ce mouvement s’exécute en deux temps; le mouvement de préparation , comme ci-dessus sur ta photo , et le mouvement “fini” du sabre de la main . Or par exemple , une attaque de poing s’exécute en un temps . Ce qui fait qu’utiliser cette technique , représente un temps de retard, si elle est utilisée comme un “blocage” , surtout si l’attaque est rapide de Tori. Or si au contraire , le temps de préparation est considéré comme l’aspect défensif , avec une attaque interieur, exterieure de la main armée a l’épaule sur le bras de Tori, couplée a une attaque simultanée des doigts de la main avancée, tendu vers l’avant . Pour finir dans le deuxiéme mouvement a la fin de la courbe , par une attaque shuto décisive a la gorge , nous avons la , une technique avec un temps d’avance et non un temps de retard . Et cette technique , sera dans ce sens une des plus “meurtiére” du karaté.

    • @yoann,
      là tu abordes un autres aspect de l’étude : le bunkaï. Car pour chaque technique, on peut faire une recherche approfondi de son application. Utilisé Shuto en tant que blocage, n’est pas un piège. Tout dépend du contexte et de la rapidité de tori. On peut trouver beaucoup d’application à shuto : blocage, défense-attaque, dégagement de saisie… Mais tu n’as pas tord en parlant de piège car très souvent on s’enferme dans une seule idée et on y reste collé comme une mouche sur un “attrape mouche”, et c’est ce qui nous empêche d’évoluer.
      Merci pour ta contribution.
      A+ Bruno

  5. guy permalien

    Bonjour Bruno!
    Je viens tout juste de visionner quelques vidéos. Ils sont très clairs, bonnes explications, bonnes démonstrations, le tout est très bien détaillé. Le vocabulaire est adéquat et très bien expliqué, comme par exemple dans l’explication de gedan baraï. Ces outils que vous offrez aux pratiquants sont selon moi, très utiles: que ce soit pour les débutants ou les plus avancés, je crois que chacun y trouve son compte, que se soit pour se perfectionner, ou bien tout simplement pour se raffraichir la mémoire. Je pratique le Shito Ryu depuis plusieurs années, mais j’ai une grande ouverture d’esprit en ce qui concerne les autres styles de karaté, dont le vôtre. Je vous remercie de votre générosité! J’y reviendrai m’instruire à nouveau!
    Guy

  6. Isabelle permalien

    Merci Bruno pour cette explication sur Shuto Uke. Mon entrainement de ce matin: tes videos échauffement+Shuto Uke. Je trouve la technique shuto encore difficile à faire (j’ai pas d’automatisme encore) mais tu l’expliques très bien. Je m’entraine à Shuto Uke car il est présent dans les 2 premier Heians, Shodan et Nidan que je travaille en ce moment en cours !
    Merci à toi, c’est super !
    Isabelle

    • Bonjour Isabelle,
      Tu me fais très plaisir lorsque tu dis que tu t’es entrainé avec mes vidéos en complément de tes cours au club. C’est exactement comme cela qu’il faut faire.
      Bonne continuation et bonne progression.
      Amicalement,
      Bruno

  7. Régis permalien

    Bonjour Bruno !
    Je suis depuis peu en possession du DAF (diplôme d’animateur fédéral)
    je commence à donner des cours à mes élèves et je me pose tout un tas de question sur toutes les positions, mouvements , techniques en karaté car je pense que c’est un art ou rien n’est fait au hasard (reprend moi si j’me trompe je suis là pour apprendre )

    Concernant le ikkité basique d’un gedan barai en zenkutsu par exemple , il est tiré ,bras fléchis , ce qui permet une armée pour un zuki, il y a juste à faire une extension de bras (+ rotation interne de l’avant bras),
    Cependant je n’arrive pas à trouver une quelconque cohérence avec le ikkité main ouverte au niveau du plexus!
    Pourquoi main ouverte ? Pourquoi placé au niveau du plexus et pas au niveau de la hanche comme pour une technique de poing?
    J’attends avec impatience tes lumières car je ne trouve pas d’explication rationnelle à ça.
    Merci =)

    • Bonjour Régis,
      Tu as tout à fait raison il faut chercher tout le temps en karaté. Rien n’est laissé au hasard mais tout est discutable et ouvert à l’évolution. Le fait d’enseigner va te faire progresser car comme tu le dis, tu dois t’interroger sans cesse et tout remettre en question et c’est ce qui est passionnant.
      Concernant l’ikité classique, le but n’est pas vraiment l’armée pour le zuki, car cela signifierait que tu n’aurais pas d’autre choix après un Gedan Barai (ton exemple) que de faire en contre une technique du type zuki de l’autre bras. Non en fait l’ikité a plutôt un intérêt pendant le Gedan Barai (ou autre) car il facilite la rotation inverse de la hanche et la contraction du dos (on plaque les omoplates contre les côtes) sur lequel va venir s’appuyer l’énergie qui va dans le bras. Maintenant il existe certains style qui font ikité en ramenant le bras au niveau du plexus en protection donc ce n’est pas incompatible.
      Pour l’Ikité du Shuto, la différence vient également de la position Kokutsu Dachi, si tu tire le bras vers l’arrière tu as du mal à conserver une position correcte car tes hanches vont avoir tendances à tourner alors que tu dois dans cette position “t’asseoir”. Cela n’empêche pas que tu étires quand même ton épaule pour plaquer tes omoplates.
      Essaies de faire Shuto Uchi en Zenkutsu, tu vas naturellement tirer ton bras sur le côté.
      Maintenant, tu peux aussi travailler en faisant ikité différemment ou ne pas le faire. On doit pouvoir faire ses techniques un peu dans toutes positions et toutes les circonstances.
      Voilà c’était mon explication, je ne sais pas si elle est rationnelle et il y en a peut-être d’autre.
      J’espère t’avoir éclairé un peu 🙂
      A+
      Bruno

    • Fabrice permalien

      Je suis déjà intervenue sur ces questions. Mais je voudrais après une analyse personnelle des kata, vous faire part de mes réflexions concernant les questions avancées par Regis.
      Pour cela je citerais:

      “Concernant le ikkité basique d’un gedan barai en zenkutsu par exemple , il est tiré ,bras fléchis , ce qui permet une armée pour un zuki, il y a juste à faire une extension de bras (+ rotation interne de l’avant bras)”.

      Le Hikite basique d’un Gedan-barai ne permet pas seulement une armée pour un Zuki. La preuve en est qu’il y a un Tetsui-uchi dans Heian Shodan avec Hikite. Par conséquent l’Hikite n’est pas exclusif aux Tsuki car existant aussi pour les Uchi. Un autre exemple est qu’il existe aussi Uraken-uchi dans Heian Yodan qui se pratique en Hikite à la hanche.

      Ensuite je citerais:

      “Cependant je n’arrive pas à trouver une quelconque cohérence avec le ikkité main ouverte au niveau du plexus!
      Pourquoi main ouverte ? Pourquoi placé au niveau du plexus et pas au niveau de la hanche comme pour une technique de poing?”

      Il faut savoir que les Kata ont subis des modifications. Pour ce qui est des Heian, il faut savoir que la forme la plus ancienne proviendrait du Shorin-ryu. Je suis aller voir comment se présentait ces Kata dans le livre de S. Nagamine. Et j’ai dû constater qu’il existait dans les Pinan (Heian) des Hikite à la hanche mains ouvertes et des hikite au plexus mains fermées.
      Il n’y a pas de règles en la matière. Dans Tekki II et III, il y a des Shuto-uke avec Hikite à la hanche mains fermées.
      Tous les cas de figures existent aussi quelle que soit la posture. Qu’elle soit de face, de 3/4 de face ou de profil.
      D’ailleurs on parle de mettre la main en Hikite à la hanche ou au plexus. Mais on peut accomplir une action en mettant aussi la main au front que se soit main ouverte ou main fermée.
      Par conséquent, je dirais après mon analyse personnelle des kata que les différentes façons d’armer la main sont relatives à la technique que nous allons accomplir mais aussi à la positions dans laquelle nous allons l’effectuer. Et que l’armée de la main constitue à la fois un mouvement préparatoire à la technique et à la fois une garde prête à faire face à toutes situations.
      Par conséquent pourquoi accomplissons-nous un Shuto-uke avec la main ouverte au plexus. La raison en est simple.
      Dans le Shotokan nous armons le Shuto à l’épaule. Et cette façon de faire est typique du Shotokan. Ce style de Karaté a crée cette façon de faire afin d’augmenter l’amplitude du mouvement. Mais dans la façon de faire à l’ancienne nous armions le Shuto au Plexus. Pour être plus proche de l’adversaire. En Hikité à la hanche ça aurait été trop éloigné. Car le Karaté ancien privilégiait les petites amplitudes. Et donc le vestige de cette façon de faire est restée. Et dans le Shotokan nous armons à l’épaule en continuant à placer la main au plexus.
      J’espère que vous m’avez bien compris et que cette analyse n’a pas été trop compliquée. Sinon j’en suis vraiment désolé. Je trouvais ces remarques intéressantes à aborder. Et je ne savais pas être plus concis.

  8. Régis permalien

    D’accord , je viens de lire ta réponse j’ai aussi lu pas mal d’article dans des forums à ce sujet j’y vois plus clair désormais merci =D Cependant une question me trotte toujours.
    Pourquoi main ouverte? Si tu as des sources concernant le Hikité je suis preneur.
    Merci encore pour ta réponse

  9. Le hikité à pour vocation d’équilibrer la technique pour la vérouiller et préparer la suivante.
    En shuto, le coude est dirigé vers le bas, en direction de la hanche et la main ouverte en direction de l’adversaire en forme de pique près à partir en contre en nukité en fait.
    a+

  10. Régis permalien

    Merci pour la réponse Johnny
    Je n’arrive pas bien à comprendre “équilibrer la technique” .
    Près à partir en nukité ? mais c’est une armé alors ?
    Je suis un peu perdu !! 🙂

    • Bonjour Régis,
      Tu sais quand je dis que l’Ikité n’est pas vraiment l’armé du bras, ça ne veut pas dire que ça ne l’est pas du tout.
      Dans ce qu’explique Johnny, c’est l’armé du bras , si tu fais nukité derrière, mais tu peux très bien faire Mae Geri par exemple et dans ce cas ce n’est plus l’armé du bras…
      Dans son explication, il dit aussi que l’Ikité a pour vocation l’équilibre de la technique, il n’y a pas QUE l’armé.
      Pour l’équilibre de la technique, j’essaie de répondre et Johnny nous dira si ça correspond à ce qu’il pense :
      Pour qu’une technique soit efficace, l’énergie qui part du ventre, va devoir s’appuyer sur quelque chose de solide pour créer intérieurement une action-réaction. Par exemple, lorsque tu contracte ta jambe d’appuis pour faire Maegeri, le Hara s’appuis sur cette jambe solide pour libérer l’énergie dans l’autre jambe.
      Dans Ikité, le principe est le même au moment du Kimé, ton Hara libère l’énergie dans ta technique en s’appuyant sur le dos qui est solide comme s’il rebondissait dessus.
      Quand tu tires ton bras sur le côté en plaquant le coude au corps, tu contractes tes dorsaux et “solidifie” tout un côté. L’énergie du Hara va pouvoir rebondir (action-réaction interne) sur cette zone solide pour libérer l’énergie dans le bras inverse qui fait la technique.
      Bon, je suis pas sur d’avoir été clair, là 🙂
      A+
      Bruno
      Article récent de Bruno Bandelier : Maître Funakoshi : sa voie, sa vie.My Profile

  11. Régis permalien

    D’accord 🙂 c’est très clair je prend d’ailleurs plaisir à lire tes explications (celle de Johnny également que je lis régulièrement sur son site ) cependant , (vous allez dire mais dis donc celui là il à pas fini de nous casser les pied !!?) En réalité je suis pas convaincu par tes explication (au niveau de l’armé pour le nukité ou attaque main ouverte si j’ai bien compris) car comme tu l’as dis un peu plus haut cela voudrais dire que cette main n’aurait aucune autre alternative que le nukité, cependant je peux faire un zuki , et inversement en gedan barai faire un nukité ? N’y a t’il pas une explication?
    Désolé de lancer un tel débat , mais il est vrai que cette main me dérange pas mal , bien que la position soit esthétiquement plus belle avec une main ouverte plutôt qu’un point fermé .
    Merci d’avoir répondu ! 🙂

    • “mais dis donc celui là il à pas fini de nous casser les pied !!?” 🙂

      Je plaisante, bien sur. Il ne manquerais plus que ça que tu n’es pas le droit de lancer de débat. On est tous là pour ça, non?

      Bon, en fait je pense que ma réponse est dans le post précédent.
      Comme je t’ai dis, la position de la main ou du point peut servir d’armé, mais pas dans tous les cas. Et donc l’explication rationnelle que tu attends, c’est l’équilibre de la technique dont t’as parlé Johnny et que j’ai tenté de définir.
      Et je pense également comme je te l’ai écrit plus haut que la position est également importante, en Kokutsu, tu ne dois pas tiré ta hanche vers l’arrière, donc le bras non plus.
      Bon ce n’est pas facile à expliquer, essayes de faire Shuto en Zenkutsu ; Pour gagner en puissance tu tireras l’Ikité à la ceinture. Si tu fais Gedan Baraï en Kokutsu, pour garder une position stable tu tireras l’Ikité au plexus. Après main ouverte ou main fermée, je pense que c’est plus une question de coordination car il est plus facile de faire la même chose avec les deux mains.
      A+
      Bruno
      Article récent de Bruno Bandelier : Comment accélérer ses déplacements en Karaté : principe du “lâcher prise”My Profile

  12. Régis permalien

    “Après main ouverte ou main fermée, je pense que c’est plus une question de coordination car il est plus facile de faire la même chose avec les deux mains. ”
    Ca j’aime bien! et je trouve que sa tiens la route comme explication !
    Si Johnny passe par là pourquoi pas ne pas confirmer ça 🙂
    Merci d’avoir pris le temps en tout cas ce fût un échange instructif !!

  13. Fabrice permalien

    Je ne pense pas que mains ouvertes et mains fermées ne soient qu’une question de coordination.
    Il faut savoir qu’à l’origine le Karaté se pratiquait essentiellement mains ouvertes. Et que c’est sous l’influence de la boxe anglaise que le Karaté c’est mis à privilégier la main fermée. Surtout à l’époque du maître Anko Itosu. Lorsqu’il introduisit le Karaté dans l’enseignement scolaire. Les techniques mains ouvertes étant trop compliquées pour les écoliers, il a alors décidé de fermé la plupart des techniques de mains. Voilà pourquoi les Kata Pinan (Heian) élaborés pour l’apprentissage scolaire se pratiqués pour la plupart mains ouvertes.
    Selon mon avis personnelle, la main ouverte dont tu fais mention est là pour éventuellement réagir par une saisie. Car à l’origine le Karaté contenait beaucoup de saisies. Et quelques projections et clefs.
    La main armée en ouverture permet plus de possibilités de contre-attaques. Il est plus facile d’ailleurs de passer de la main ouverte à la main fermé pour donner un coup de poing par exemple. Que de passer de la main fermée à la main ouverte pour effectuer par exemple une saisie.
    Les saisies permettent par exemple de s’appuyer sur l’adversaire pour frapper que se soit de la main ou du pied.

    • Bonjour Fabrice,

      La main armée en ouverture permet plus de possibilités de contre-attaques. Il est plus facile d’ailleurs de passer de la main ouverte à la main fermé pour donner un coup de poing par exemple. Que de passer de la main fermée à la main ouverte pour effectuer par exemple une saisie.

      Si c’est mieux de faire Ikité main ouverte, pourquoi dans ce cas ne pas le faire également sur un Tsuki ?
      A+
      Bruno
      Article récent de Bruno Bandelier : Karaté Kata : les 30 Katas du ShotokanMy Profile

      • Fabrice permalien

        Bonjour Bruno,
        J’ai répondu à cette question. On ne le fait pas lors d’un tsuki parce que c’est beaucoup plus facile main fermée pour donner un coup de poing pour un débutant. Surtout lorsqu’on n’a pas l’intention de riposter par une technique main ouverte ou de faire une saisie. Les techniques mains ouvertes et les saisies simulées en Kata étaient trop difficiles à pratiquer et à mémoriser. Voilà pourquoi Maître Itosu avait décidé de faire fermer les mains.
        Il existe dans le Karaté ancien un Hikite main ouverte. Va voir le livre “Bu Bi Shi” de R. Habersetzer. Page 49 tu as une photo de R. Habersetzer entrain de l’exécuter. Il est écrit que ça permet une contre-attaque en Nikite. Ensuite on trouve page 51, une interprétation de l’image 1 du Bu Bi Shi. Là on y voit un blocage main ouverte avec l’autre main en Hikité main ouverte aussi.
        Après faut savoir qu’on appel pas tsuki forcément un coup de poing direct. Mais toutes techniques directes mains fermées ou mains ouvertes. Le terme de tsuki provient d’un coup d’estoc en Ken-jutsu. D’ailleurs le Karaté dont nous pratiquons doit beaucoup à l’apport de l’école de sabre Jigen-ryu par l’intermédiaire de Sokon Matsumora. Comme par exemple la notion de Kiai, de Kime et bien d’autres.

  14. Bonjour,

    Je trouve cet article et cette vidéo très pédagogique. Les explications sont très détaillées… excellent.

    J’ai une question concernant le placement du corps par rapport au partenaire lors de cette technique. Ne protégez-vous pas plus les centres vitaux lors d’un combat? Par exemple en mettant le corps légèrement plus de côté et en plaçant les coudes plus prêt des cottes?

    Merci par avance,
    Fabien
    Article récent de Fabien Noël : Toute mon histoire dans le monde des arts martiauxMy Profile

    • Bonjour,
      Merci pour ton compliment.
      Pour répondre à ta question sur le placement du corps, il faut faire attention car en te mettant trop de profil tu risques de présenter ton dos et là ça ne pardonne pas. On n’a pas de bras dans le dos pour protéger les parties vitales.
      Pour le coude, il faut pas non plus trop le coller aux côtes car tu risques de bloquer l’attaque de l’adversaire trop tardivement.
      A+
      Bruno
      Article récent de Bandelier Bruno : Parlez de Karaté-Blog.net dans vos clubs !My Profile

    • Oui je suis assez d’accord avec toi.

      Dans mon école, le Tinh Vo Dao, nous accentuons un peu plus la position du corps en biais, sans bien évidement donner le dos.

      Concernant les coudes, ils sont légèrement plus rapprochés du buste pour être plus rapide si par exemple un opercut viens vers le foie. Mais je donne là des détails très subtils. C’est très intéressant de pouvoir comparer pour s’enrichir.

      Sur les frappes de tranches, nous travaillons plus sur la diagonale aussi, quasiment rien n’est horizontal ou verticale. Le résultat est plus écrasant.

      Merci
      Article récent de Fabien Noël : Comment enrichir votre pratique martiale grâce au Qi Gong ?My Profile