Soyez votre propre prof Karaté-Blog.net
fermer la fenetre

NE RESTEZ PAS LES MAINS VIDES !

Laissez moi vous remercier
pour votre visite - Recevez GRATUITEMENT

  • Le livre REPERE “Comment se défendre face à une agression”.
  • Mes vidéos sur les étirements.
  • Mon livre sur les Echauffements.
  • Et plein d’autres surprises !
Ebooks et Vidéos à télécharger gratuitement
Prénom :
Email :

Soyez votre propre prof

par Bruno Bandelier

soyez-votre-propre-profFaut-il que vous jetiez votre professeur à la poubelle ?

Non, pas du tout, au contraire.
Vous devez être votre propre enseignant.

Vous pouvez utiliser cette méthode en dehors du karaté. C’est valable pour tous les enseignements à retenir.
Etre votre propre prof, cela veut dire qu’il faut vous auto-corriger tout le temps. C’est-à-dire que, quel que soit votre niveau en karaté, même quand vous commencez, il faut que vous preniez l’habitude de vous corriger vous-même, dès le départ de vos entraînements.

Soyez Attentif

Vous devez faire attention à ce que vous faites.
Ce n’est pas le tout d’être là et de faire à votre professeur le Zenkutsu qu’il vous demandé.
Par exemple, pour faire ce Zenkutsu, imaginez un petit instant que votre prof n’est plus là et que vous vous filmez pour vous étudier vous-même. Vous comparez constamment vos gestes avec les directives de votre enseignant. Là, il a dit de tourner les pieds comme ceci et ensuite il veut la jambe ramenée comme cela. Vous voyez qu’elle est trop écartée, corrigez-vous et ramenez la jambe comme votre prof vous a dit.
Faites donc de l’auto-enseignement et essayez de le faire le plus souvent possible. Cela veut dire que vous devez vous entraîner personnellement. A la fois, chez vous, mais aussi au dojo.

Cela ne veut pas dire qu’au moment où votre enseignant vous dit quelque chose, vous êtes aussi un prof. Non ! A ce moment c’est lui et lui seul qui l’est. Vous, ce sera pour plus tard, après ses directives.
Votre prof va vous dire des choses mais il ne faut pas tout prendre au pied de la lettre. Vous devez les analyser mais pas trop quand même au début car il faut tout de même faire les choses.
N’essayez pas de tout comprendre parce qu’au début c’est très difficile.
Ce n’est pas très grave, vous devez surtout essayer d’intégrer vos techniques de manière à ce qu’elles ressortent automatiquement quand votre prof vous le demande.
Quand le prof vous dit de tourner les pieds, à tous les pas suivants, vous vous concentrez dessus. Vous tournez le pied et vous marchez comme il vous le demande.

Je vois souvent des élèves à qui on dit quelque chose et qui continuent sans faire ce que l’on vient de leur dire. Ils le font juste au moment même et ensuite, ils ne font plus. Cela n’est pas bon.
Vous devez vraiment vous auto-corriger tout le temps.

Répétez vos gestes

Quand vous êtes au club, vous devez faire votre travail personnel. Cela veut dire votre travail intérieur. C’est votre réflexion interne. Sans trop psychoter, mais au moins, vous faites l’effort d’écouter ce que l’on vous dit et vous l’appliquer. Vous faites un effort de mémorisation. Quand votre prof vous dit : Oï Zuki, le premier coup, vous ne vous rappellerez peut-être pas que c’est un coup de poing en avançant. La deuxième fois, peut-être pas non plus. En faisant un petit effort répété, vous allez retenir, au bout de quelques cours, votre Oï Zuki.

Au bout d’un moment, vous le saurez parce que c’est une technique de base. Mais, il n’y a pas que cela. Par exemple, c’est très souvent que je vois des gens qui apprennent un kata, et qui arrivent à la fin du cours en le connaissant. Puis, les cours d’après, le professeur fait d’autres katas ou d’autres choses. L’élève ne revoit plus le précédent kata, il ne le fait plus jamais car il ne le révise ni au club ni chez lui.
Pensez à votre propre expérience d’apprentissage. L’année après avoir appris un kata, quand vous revenez au club pour le travailler de nouveau, si vous ne l’avez pas révisé, vous ne le savez plus. Ce n’est pas comme cela que vous progresserez.

Faites l’effort d’écouter et de mémoriser ce que dit votre professeur. Faites vraiment un travail sur vous-même pour vous auto-corriger et pour être votre propre enseignant. Comme si vous aviez un petit prof à l’intérieur qui aide votre vrai professeur.
Vous allez vous en servir quand vous êtes chez vous et que vous révisez ce que vous avez fait en cours.
Essayer d’abord de retenir. Faites des petits entraînements. Même si vous n’en retenez que 20 %, ce n’est pas grave. Même si après votre premier coup, vous ne vous rappelez que de celui là, c’est déjà bien. Faites vos coups de pieds et faites vos coups de poing mais, surtout, corrigez-vous vous même.

Travaillez seul

Et puis, vous pouvez bien sûr utiliser mes vidéos pour vous aider à progresser plus vite. Mais, même en les utilisant, il ne faut pas juste la visionner puis marcher comme un mouton. Non ! Je vous dis des choses dans les vidéos, je les explique et il faut les retenir.
Dans l’idéal, vous ne devriez regarder une de mes vidéo qui traite d’une technique particulière que trois à quatre fois. Après, vous ne devriez plus en avoir besoin. Vous devez retravailler tout seul. C’est impératif de savoir apprendre seul.

Plus vous allez avancer en grade, plus vous aurez besoin de travailler tout seul. Par exemple, quand vous allez passer votre premier dan, il n’y a pas beaucoup de clubs qui ont des sessions spéciales pour les passages de ce grade. La plupart des gars qui vont passer en ceinture noire, il faut qu’ils s’entraînent tout seul parce qu’au club, on a toutes les ceintures qui sont là. Le professeur n’a pas le temps de s’occuper de tout le monde. Il ne peut pas s’occuper uniquement de vous pour vous préparer à votre passage de grade.
C’est aussi un travail que vous devez faire personnellement.

C’est mieux pour vous si vous êtes habitués à travailler seul dès la ceinture blanche.
Je me rappelle quand j’étais ceinture blanche et que j’apprenais un kata. Je le travaillais chez moi. J’arrivais au cours quand la plupart des gens s’échauffaient en attendant que le prof arrive et puis je me mettais au milieu pour faire mon kata. Il y en a qui me regardait et ce n’était pas facile, mais au moins, je m’apprenais à travailler seul au milieu de tout le monde.

Vous n’êtes pas obligé de le faire à côté des autres, mais faites l’expérience de travailler seul votre karaté et dites moi dans les commentaires si vous sentez une différence et si vous apprenez mieux.

Comme d’habitude, je vous ai préparé une vidéo dans laquelle je vous explique tout ça en détail. A tout de suite.

Voilà, j’espère que ce conseil vous aidera à trouver le prof qui est en vous et qu’il vous permettra de progresser encore plus vite.

A bientôt,
Bruno

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Guide offert !
"Comment réussir vos passages de grade"


 

Recherches utilisées pour trouver cet article :

Yoko geri coup de pied, En Karate Shotokan Nous Avons Combien De Position D\attaque, Combatant karate Malagasy, kung fu shaolin chine, le maître shaolin, Photos images des methodes et techniques de self-défense, qu\elles sont les tous premier methode karate qu\on avait utilisé?
[Total : 4    Moyenne : 4/5]
Comment Tags : Lexique

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS

*

Tags:
Separate individual tags by commas
  1. Bonjour,
    Quelques remarques sur les professeurs:
    – a la Japonaise, c’est souvent un petit groupe, le prof fait avec les élèves. Un truc pas mal, c’est de former un cercle, pour l’échauffement / musculation, et les kihons.
    – quand le prof ne pratique pas, il a tendance a exagérer l’effort demandé. Ceci s’explique par le fait que lorsqu’on regarde un cours on à l’impression que c’est facile, et l’on a tendance parfois à exagérer nos exploits passés.
    – une prépondérance des hommes, la plupart des cours sont fait par des hommes.Est-ce justifié ?
    – le prof enseigne la technique de son époque.
    – les formations de prof sont de plus en plus axé compétitions et événementiels, ce qui n’est pas anormal pour une population de jeunes, moins après.
    – se comparer à quelqu’un permet de faire des progrès : si l’on remarque quelqu’un de meilleurs, mais pas trop, on essaye de faire aussi vite et aussi bien. Au bout d’un moment , on remarque que le meilleur ne l’est pas en tout.
    – accidents : certains prof ne “tiennent” pas leur salle. C’est le coté business qui pose problème. Un type qui y va trop fort avec une fille devrait être viré. Les accidents n’en sont pas. Rarement le type à un “accident” avec un gros gabarit, étonnant non ?
    – entre le cours au gymnase et tout seul chez soi, il y a en kung-fu ce que l’on appelle les “styles d’appartements” (attention, ne suivez pas celui qui vous propose de faire du karaté dans sa camionnette)?
    – peu on une bonne connaissance de la physiologie pour le coeur et le gainage (c’est rarement régulier donc sans effet autre qu’anecdotique). La tendance est souvent de faire des cours “intéressants” ou l’on fait plein de trucs variés.
    – certains clubs ont une atmosphère qui reste quand les élèves ont été renouvelés. Le Kami du lieu.C’est assez rare du fait de l’absence de dojo dédié. On trouve cela surtout dans des salles de boxe. La peur, l’espoir, les gloires passées, collés aux murs.
    – Dans l’ensemble c’es moins bourrin mais plus “sportivo-sportif”, l’ombre d’Adidas plane.
    – des cours de self défense devraient être fait en tenue de ville
    http://philaubooks.com/tag/jiu-jitsu/

    Comment Tags: Lexique
  2. Amziane permalien

    Bonjour cher ami Bruno,
    Vous avez raison, c’est la répétition plusieurs fois qui fait gravé tous les mouvements et Katas dans le cerveau . Sans répétition : Personne ne peut avancer rapidement .
    Le grand maître Gichin Funakoshi à bien dit : Pour qu’un mouvement soit fait correctement et automatiquement en cas de surprise : Ce mouvement doit-être répéter 5 000 fois.
    Salutations.