French FR English EN

5 secrets peu connus pour devenir un karatéka accompli

2

Oui, je sais ce que vous vous dites. Est-ce que nos sensei ne nous donnent pas déjà assez de leçons de moral sur les secrets pour réussir en karaté, devenir un bon karatéka, etc… ?

Effectivement, oui. Toutefois, je voudrais quand même, aujourd’hui, vous partager des secrets un peu moins connus (ou pas) pour devenir un karatéka accompli.

J’ai récemment lu cet article de Karate By Jesse intitulé « 5 Little-Known Secrets of Utterly Successful Karate-ka » ou « 5 secrets peu connus pour devenir un karatéka accompli ».

Jesse Enkamp avait commencé son article en posant la question suivante : qu’est-ce qui définit un grand pratiquant de Karaté ?

karateka

La réponse à cette question a été débattue pendant des décennies et semble changer avec le temps. Certaines personnes prétendent qu’il faut avoir des compétences techniques étonnantes pour être un grand karatéka. D’autres disent qu’il faut être humble, fort et courtois. Pourtant, une troisième personne marmonnera quelque chose à propos d’un “esprit de samouraï” difficile à définir qui suinte des pores mêmes de tout grand Karaté-ka.

Après mûre réflexion, je pense que la réponse est simple. Vous voyez, quand il s’agit d’être génial, quel que soit le domaine dont on parle, il y a un certain nombre de principes universels qui s’appliquent à plus ou moins tout. Dans le cas présent, il s’agit du karaté. Et cela vaut pour toutes les sortes de karaté, que ce soit un hobby, un sport ou une profession.

Parce que, même si nous aimons tous entendre parler de ces incroyables moments de triomphe – le coup de sonnette, la photo-finish et les médailles sur le podium – la vérité sur les exploits les plus incroyables et les personnes les plus géniales est assez ennuyeuse. Des heures interminables de répétition, de frustration constante et d’épuisement quotidien – et ce n’est que pour l’apéritif.

Cela étant dit, si vous voulez toujours ( !) savoir ce qu’il faut vraiment pour être un grand professeur ou un grand pratiquant de karaté, il y a cinq principes qui vous permettront de réussir ou de vous arrêter.

#1 Le talent est surestimé

karatékaPour commencer, le talent est mis en valeur. Comme, « super duper hyped » (je reprends les mots de Jesse). Quelques exemples : Michael Jordan n’est pas entré dans l’équipe de basketball de son lycée, Albert Einstein a échoué à son premier examen d’entrée à l’université et Immanuel Kant n’a rien publié d’important avant ses cinquante ans !

En fait, un nombre étonnamment important des meilleurs joueurs ne sont pas très prometteurs au début.

Pourquoi ?

Vous savez déjà pourquoi.

Pour bien comprendre ce principe, il existe même un ensemble de recherches qui suggèrent que la douance précoce n’est qu’un facteur mineur dans la réussite ultérieure. Une étude, qui a suivi des universitaires présidentiels, a même révélé que seuls quelques-uns de ceux qui ont été identifiés pendant leur adolescence comme “exceptionnellement doués” par les enseignants sont devenus super célèbres et riches à l’âge adulte.

Bien sûr, cela ne veut pas dire que le talent n’aide pas. Outre la capacité naturelle elle-même, ceux qui font preuve d’une promesse précoce sont souvent plus encouragés que les autres – ce qui conduit finalement à un effet multiplicateur. En d’autres termes, les personnes talentueuses bénéficient naturellement de plus d’attention et de plus d’opportunités pour affiner leurs compétences. Dans cette optique, il est certain qu’une touche d’habileté vaut la peine d’être utilisée.

Pourtant, les faits montrent qu’une fois un certain seuil franchi, un plus grand nombre de compétences ne semble pas avoir un impact significatif.

Alors, continuez à vous battre.

Et n’abandonnez pas.

 

#2 Pratique délibérée

karatékaOr, si le talent seul ne mène pas à la grandeur, qu’est-ce qui y mène ?

La réponse est de s’entraîner.

Comme l’a montré Anders Ericsson, une autorité reconnue en matière d’expertise et de performance professionnelles, dans son document très cité sur la pratique délibérée, il faut environ 10 000 heures de formation pour devenir de classe mondiale dans la plupart des domaines.

Mais bien sûr, vous le saviez déjà.

Pourtant, il ne s’agit pas seulement du temps (volume) que vous y consacrez, mais aussi de la façon dont vous le dépensez (qualité).

Nous pouvons illustrer ce point avec un exemple de kumite (combat d’entraînement) : Lorsque vous commencez à vous battre dans le dojo, il est difficile de frapper votre adversaire assez efficacement pour obtenir un coup franc.  Mais avec un peu d’entraînement supplémentaire (disons 50 heures), une personne moyenne sera capable de frapper son adversaire efficacement et pourra commencer à profiter du kumite gratuit. Cependant, après cela, la plupart des gens ne se développent pas beaucoup plus. Et il en va de même pour de nombreux autres domaines du karaté.

La plupart des gens cessent d’essayer de s’améliorer, car ils ne travaillent pas délibérément sur leurs points faibles (les points qui ne sont pas aussi “amusants” à entraîner pour les gens ordinaires). Mais si vous voulez vous améliorer, vous devez toujours vous améliorer – délibérément.

Continuez donc à “éliminer les éléments non essentiels”, comme l’a si bien dit Bruce Lee, et vous commencerez sûrement à remarquer des améliorations.

(Mais si vous ne remarquez aucune amélioration, ne vous inquiétez pas).

Pour aller plus loin…

 

#3 Se concentrer sur les principes fondamentaux

Vous savez, ces choses que vous pratiquiez quand vous étiez ceinture blanche. Les fondamentaux, les Japonais l’ont compris, c’est ce qui sépare le bon du grand. Et la plupart d’entre nous sont vraiment, vraiment mauvais dans les compétences de base.

Pourquoi ?

C’est facile. Parce que nous nous disons que les choses de base sont pour les débutants et “nous avons dépassé ce stade”.

Mais c’est un mensonge.

En réalité, plus on monte dans un domaine, plus on se rend compte à quel point le forage de base est, a été et continuera d’être incroyablement important. Regardez autour de vous et vous verrez que dans n’importe quel domaine – que ce soit le golf, les échecs, l’ingénierie, la lutte ou le blog – les meilleurs y parviennent non pas en apprenant des tonnes de nouvelles compétences avancées (qui viennent avec le temps de toute façon), mais en continuant à affiner leurs compétences primaires bien après que les autres les aient oubliées… probablement seuls dans un coin sombre du dojo.

Et n’oubliez pas que vous n’êtes jamais trop vieux pour devenir grand. Alors continuez à forcer des kihons – et apprenez à apprécier la lutte.

 

#4 Apprendre des meilleurs

karatékaL’une des idées fausses les plus courantes est que les meilleurs karatékas ont trouvé à eux seuls une recette secrète de succès qu’ils gardent cachée du monde. C’est possible pour certains, mais pas pour la plupart.

Pour être le meilleur, vous devrez apprendre des meilleurs. De leurs hauts et de leurs bas.

Je ne veux pas dire par là que vous devez parcourir la moitié du globe pour rencontrer des gens formidables en personne. Ça, c’est Jesse ! (Oui, il le fait vraiment.) Vous devez plutôt vous mesurer continuellement à vos amis du dojo, vous inspirer de séminaires, de YouTube, d’articles et de livres et faire des recherches sur la théorie de votre métier – à partir des meilleures sources que vous pouvez trouver. C’est ainsi que vous apprenez vraiment des meilleurs.

La véritable excellence consiste à se former pour être le meilleur, à apprendre des meilleurs, à battre les meilleurs à leur meilleur niveau et à ne pas avoir de chance dans les mauvais jours des autres. En d’autres termes, vous devez constamment rechercher la meilleure compétition, les professeurs et les autres amis du karaté pour vous pousser à devenir encore meilleur.

Bien sûr, entourez-vous de médiocrité et vous trouverez peut-être plus facile de vous sentir bien dans votre peau….

Mais vous n’arriverez jamais à faire quelque chose de significatif. Alors, apprenez de partout. Et de tout le monde.

 

#5 Il faut beaucoup d’amour

Enfin, il devrait maintenant être clair que les gens ordinaires n’apprécient guère cette situation. En fait, la plus grande partie est vraiment nulle. Aiguiser ses faiblesses, pratiquer les bases jusqu’à ce qu’elles deviennent une seconde nature et trouver la discipline nécessaire pour se débarrasser de toutes les distractions mesquines qui divertissent son ego… Eh bien, ces choses-là ne sont pas faciles. Elles sont presque contraires à la nature humaine.

C’est pourquoi il faut vraiment être un peu fou “passionné” de karaté si vous voulez devenir vraiment génial dans ce domaine.

Pour être bon dans quoi que ce soit (vraiment bon, pas juste assez bon pour les droits de vantardise locaux), vous devez être poussé et apprendre à vous pousser. C’est très certainement frustrant, épuisant et vous passez par de longues périodes où cela ne semble vraiment pas en valoir la peine. Vous visez le paradoxe de la perfection du Zeno, en vous rapprochant toujours de la moitié de la distance, mais sans jamais vraiment arriver à destination. C’est exactement pourquoi vous devez aimer le processus (l’entraînement) – ou vous aurez du mal à vous en sortir. Voilà qui nous amène au véritable secret de la réussite :

Pour réussir dans n’importe quel domaine d’activité, il faut tout simplement aimer.

Il ne suffit pas de vouloir être reconnu ou de devenir riche ou de rendre sa mère heureuse, mais de faire quelque chose pour le plaisir. Car la quête de la réussite, ou même de l’approche de la réussite, est quelque chose qui vous touche au plus profond de votre âme. C’est la première chose à laquelle vous pensez le matin, et la dernière chose à laquelle vous pensez quand vous vous endormez.

Ce n’est pas toujours amusant, mais c’est éminemment gratifiant.

 

Voilà.

J’espère que ces 5 points vous aideront à trouver votre voie et à réussir dans le karaté, ou dans toute discipline qui vous intéresse et où vous souhaitez exceller.

Je ne pourrai conclure sans remercier Jesse Enkamp d’avoir accepté que nous nous inspirions de son article.

Si vous avez d’autres petits secrets à partager ou si vous avez appliqué ces quelques conseils, n’hésitez pas à me faire un retour en laissant un commentaire ci-dessous.

A très bientôt,

Bruno

Facebook Comments
Guide offert !
"Comment réussir vos passages de grade"
 


2 commentaires

Laisser un commentaire

commodo quis, ut Curabitur at sem, lectus vel, eget
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer