French FR English EN

Le Kime : l’explosion d’énergie

0

Toute la puissance recherchée en Karatedō se trouve dans le Kime (決め). Le Kime, c’est l’esprit de décision, c’est l’aboutissement du Karate, la « matérialisation d’une tension physique et mentale qui a atteint son paroxysme ». Pour Roland Habersetzer (9e dan), le Kime est l’« explosion d’énergie concentrée en un point » [1]. Elle se manifeste dans le cri qu’est le Kiai.

Les éclairs orageux: déploiement d’énergie à travers la tension

Quand observe-t-on le Kime ?

Le Kime doit s’observer à chaque déploiement de puissance dans la pratique – à des niveaux très variables selon le niveau –. De manière plus précise, le Kime se manifeste particulièrement lorsque le Kiai (le cri du karateka [2]) n’est pas forcé, et qu’il est une simple « manifestation sonore ». Dans ce cas, le Kiai est la vraie « matérialisation d’une tension physique et mentale ».

Sa source

Le Kime trouve la source de son énergie dans la charge de Ki cumulée [3]. L’énergie mentale se répand dans le corps et prend forme grâce à la technique. Par l’impulsion primaire qu’est la volonté du pratiquant, les trois dimensions esprit-corps-technique sont cristallisées et agissent en symbiose. Seulement, elles ne peuvent atteindre cette symbiose que si les trois dimensions sont maîtrisées :

  • Sans la maîtrise de l’esprit, l’énergie de la volonté trouvée dans le Ki ne peut pas être transférée au corps. Pour maître Habersetzer, cette énergie de l’esprit est une réelle « puissance mentale », comprenant les forces conscientes et les forces inconscientesLes forces conscientes étant la volonté et la maîtrise de soi. Les forces inconscientes quant à elles permettent la vacuité de l’esprit, et elles sont au nombre de trois: l’esprit comme l’eau (Mizu-no-kokoro), l’esprit alerte (Zanshin), l’esprit comme la lune (Tsuki-no-kokoro). –
  • Sans une puissance suffisante du corps, l’énergie ne pourra pas être suffisamment déployée, malgré une technique développée.
  • Sans la technique, la puissance du corps sera mal canalisée. L’énergie sera trop diffuse, et ne sera concentrée ni en un point ni en un instant suffisamment précis, ne permettant pas d’atteindre l’efficacité recherchée.
« Un esprit comme l’eau » (Mizu-no-kokoro): libre et insaisissable

Sa puissance

Le Kime représente le point dans le temps et dans l’espace de puissance maximale atteinte par le corps du karateka. Dépendant non seulement du corps, mais aussi de l’esprit, les deux puissances se cumulent. Pourtant, les grands maîtres ne semblent pas développer de grande puissance. Ils semblent d’ailleurs plutôt lents dans l’ensemble, sans grands mouvements vifs et puissants. En fait, il s’agit d’une fausse impression, qui s’explique par le fait que la puissance des grands maître est concentrée ponctuellement. Un seul point, un seul instant concentrent la force.

Maîtriser le Kime

Pour le maîtriser, il faut comprendre. Non pas comprendre avec de la théorie, c’est-à-dire avec une explication telle que « Les 3 techniques pour maîtriser le Kime » ou autre. Le Kime est compris par les maîtres dans le sens où ils l’appréhendent dans sa nature, à force de pratique. Il est possible d’obtenir des résultats convenables dans la maîtrise de la puissance du Kime à travers une bonne technique, un corps assez puissant et un esprit vif. Cependant, les grands maîtres maîtrisent un Kime d’une telle hauteur, que leurs mouvements ne semblent pas spécialement rapides ou calculés. Au contraire, tout semble suivre un cheminement constant et maîtrisé. L’attitude du karateka démontre alors une pratique du corps de long terme : la pratique du corps a permis avec le temps d’atteindre l’esprit, et de ne former plus qu’un.

En pratique vous pouvez déjà améliorer votre Kime en travaillant votre pression interne et votre respiration. Comme vous le savez, la technique part du Hara, le centre de votre énergie. Vous devez concentrer une  pression vers le Hara pour la libérer lors du Kime par l’expression du Kiai. Imaginez votre ventre comme un tube de dentifrice sur lequel vous appliquez une pression. En fait ce sont vos muscles abdominaux profonds (le transverse) ainsi que le plancher pelvien qui appliquent une pression concentrique au niveau du Hara. Cette zone est maintenu en pression par l’action du diaphragme à l’inspiration. Au moment du Kime, la pression est libérée en un temps très court par la bouche comme si vous faisiez sauter le bouchon du tube de dentifrice. L’expiration est si violente qu’elle devient sonore. C’est le Kiai. 

Cet exercice va vous permettre de mieux ressentir votre Kime mais n’oubliez pas qu’il doit être accompagné du mental est de la technique. Vous devez garder un esprit clair (et net :-D) et toujours vous perfectionner dans la technique. Ainsi votre Kime deviendra de plus en plus naturel.

Concluons…

Toute la puissance déployée grâce à l’unité du corps, de l’esprit et de la technique (Shin Gi Tai) prend forme à l’instant du Kime. De nombreux maîtres en Karatedō ont cherché l’efficacité. Après une longue et constante pratique de la discipline, ils ont accumulé assez de Ki pour déployer cette énergie avec efficacité. Ils ont découvert le Kime. En effet, l’homme trouve son énergie dans le Ki et la concrétise en puissance dans l’esprit de décision qu’est le Kime. L’accumulation du Ki est un long et constant procédé, permettant une unité de plus en plus parfaite du corps, de l’esprit et de la technique. Pour ces maîtres, il n’y a qu’une seule et unique voie vers la maîtrise du Kime : la pratique. Comme développé dans l’article sur la Voie, la pratique du corps saisi l’esprit et aiguise la technique. 

Plus qu’un conseil à garder à l’esprit : enfilez voter Kimono. Et surtout n’oubliez pas que vous devez vous échauffer ce que vous pouvez faire grâce à mon livre : L’ABC des échauffements

Voilà, j’attends avec impatience vos commentaires ci-dessous :

Que vous de cet article et comment appréhendez vous le Kime dans votre pratique ?

A bientôt
Bruno

 

[1] Karaté pratique : Du débutant à la ceinture noire, Roland Habersetzer
[2] Un peu plus sur le Kiai: Le kiai … Energie et harmonie
[3] Le Ki, ou la « force cosmique qui n’a ni début ni fin » (selon l’interprétation qu’en fait maître Habersetzer).

Facebook Comments
Guide offert !
"Comment réussir vos passages de grade"
 


Laisser un commentaire

dolor lectus diam fringilla sit risus. adipiscing dictum suscipit facilisis felis
121 Partages
Partagez121
Tweetez
+1
Partagez
Enregistrer