Compétition en Karaté, pour ou contre? Karaté-Blog.net
fermer la fenetre

NE RESTEZ PAS LES MAINS VIDES !

Laissez moi vous remercier
pour votre visite - Recevez GRATUITEMENT

  • Le livre REPERE “Comment se défendre face à une agression”.
  • Mes vidéos sur les étirements.
  • Mon livre sur les Echauffements.
  • Et plein d’autres surprises !
Ebooks et Vidéos à télécharger gratuitement
Prénom :
Email :

Compétition en Karaté, pour ou contre?

par Bruno Bandelier

 Competition-Karate-Pour-ou-ContreLa Compétition en Karaté, pour ou contre?

Est-ce que la compétition est une bonne chose pour le Karate ? C’est un vaste débat et il n’est pas évident d’avoir un avis tranché sur la question.

Il y a quelque temps, j’ai été interviewé par Antoine Thibault de l’Art de la voie et nous avions brièvement évoqué le sujet de la compétition en Karate :

Voici la réponse que je lui avais fait :

Mon avis sur la compétition en Karate :

“Je me suis longuement posé la question du bien fait ou non de la compétition en karaté et notamment lorsque j’ai lancé la pétition pour défendre l’entrée du Karaté au Jeux Olympiques.

Je pense que la compétition en Karaté n’est qu’une petite partie du Karaté, on sort de l’art martial pour entrer plutôt dans le sport. Pour moi le karaté a plusieurs facettes et beaucoup de karatéka le pratiquent différemment et au final très peu pratiquent l’art martial dans son ensemble

; Certains vont au club comme s’il allait dans une salle de gym ou tout autre sport de loisir. Ils font ce que le prof dit, bougent, suent et c’est très bien car ils se font plaisir, mais ils ne réfléchissent jamais vraiment et ils évoluent très lentement…et en général ne restent que quelques années.

D’autres viennent justement pour faire de la compétition. Ils sont souvent jeunes et ont un esprit de compétition car c’est ce qu’on leur enseigne depuis qu’ils sont entrés à l’école. C’est très bien aussi car ils se font plaisirs aussi et le Karaté en tant que sport est très bon pour la santé et pour l’épanouissement du corps. Ils développent au travers de la compétition des vertus essentielles pour la vie. Le code du sportif n’est d’ailleurs pas si éloigné que ça de notre code d’honneur et nos jeunes ont besoin de ces affrontements pour se forger.

On me donne souvent l’exemple du Judo en me disant : « Tu as vu les compétitions de Judo ? Ça n’a plus rien à voir avec la voie de la souplesse ! » Oui peut-être que la compétition dénature l’art martial d’origine, cela n’empêche pas la plupart des clubs de Judo de pratiquer un Judo traditionnel, de pratiquer le Ju-Justu, etc. Et je pense que la majorité des judokas ne sont pas compétiteurs. Certains l’ont été, d’autres ne le seront jamais. Bref chacun pratiquent comme ils le souhaitent.

De toute façon, compétition ou pas, je pense que dans tous les arts martiaux, rares sont ceux qui vont pratiquer l’art au sens noble du terme ; beaucoup vont le pratiquer comme un sport, ou comme une activité qui fait du bien au corps, à la tête, et d’autre vont se passionner pour la compétition. Qui a raison ?

Cette esprit de compétition n’est pas nouveau, c’est un peu le propre de l’homme ; Nos anciens, se lançaient des défis pour tester leurs capacités à combattre. Le temps des duels est terminés, mais certains ont toujours besoins de se mesurer à d’autre et la compétition permet d’assouvir leur désir.

Pour conclure, je ne pense pas que la compétition soit un mal pour le Karaté (ou d’autres arts martiaux), elle permet par la médiatisation de faire connaitre nos disciplines au grand public, même si ça n’est qu’une toute petite facette un peu (beaucoup) dénaturée. Et le fait qu’un maximum de monde entre dans un dojo, même si c’est grâce à la compétition, est plutôt une bonne chose pour l’humanité, je trouve.”

Tous les arts martiaux ne sont pas destinés à la compétition

En fait quelque soit l’art martial que l’on pratique, la compétition reste un sujet délicat. En effet, si certaines disciplines ne semblent exister qu’à travers la compétition, comme de nombreux sports collectifs, les arts-martiaux ne sont pas tous destinés à s’exprimer dans le cadre d’une compétition, du moins à l’origine.

Souvenez-vous des joutes et des tournois : c’était déjà l’occasion de célébrer des fêtes et d’honorer les divinités. De la lutte grecque à la boxe, nous avons plein de témoignages historiques qui nous permettent de constater l’importance de ces confrontations réglementées.

Cependant, l’art-martial est par définition un art de la guerre dont la recherche constante est d’améliorer l’efficacité au combat afin de vaincre un ennemi. L’étymologie japonaise (Budo, la Voie du guerrier) permet d’insister sur un élément essentiel : la Voie. Malheureusement, le terme occidental ne permet pas de rendre compte de la dimension spirituelle qui s’incarne dans cette pratique. A l’origine, les arts-martiaux sont destinés à tuer mais aussi à forger le pratiquant spirituellement. Il existe une certaine philosophie, un code de l’honneur, une morale et des règles de conduites qui permettent d’ « éduquer » le disciple et de faire de lui un guerrier complet. Si nous cherchons à pratiquer un art-martial traditionnel tel que le Karaté, ce n’est pas seulement pour l’aspect purement sportif, mais aussi parce qu’il y a une dimension spirituelle à travers laquelle chacun parvient à s’exprimer, à s’émanciper. Suivre un code de l’honneur, c’est effectuer un travail intellectuel au quotidien, qui est aussi dur que le travail technique et physique. Un art-martial n’est donc pas uniquement un sport : il est plus que cela. C’est bien pour cela que nous pouvons nous demander dans quelle mesure la compétition présente des avantages pour l’art-martial ? Y-a-t-il un risque de dénaturer son esprit originel et de l’appauvrir ? Sans chercher à faire de l’art-martial une pratique plus noble ou plus prestigieuse qu’une autre, il est question de voir en quoi la compétition peut rendre floue la frontière entre art-martial et sport de combat.

La compétition a une dimension ludique et symbolique.

Dès lors que les règles du combat sont proches du code de l’honneur (respect, humilité, contrôle de soi…) la confrontation entre deux adversaires permet d’illustrer et de travailler ces aspects fondamentaux. De plus, il s’agit d’une occasion pour les pratiquants de se confronter sans mettre en péril leur intégrité physique : les règles et les éventuelles protections permettent de travailler concrètement une situation de combat sans risques majeurs. Le cadre réglementé d’une compétition présente ainsi les avantages pour l’athlète d’avoir la possibilité de se mesurer face à un adversaire en occultant l’aspect « survie », dont l’issue est souvent mortelle. Ajoutons qu’un tel événement permet de se fixer des objectifs nécessaires à la progression.

Une compétition permet de se projeter dans le temps et d’organiser ses entraînements en fonction des objectifs que l’on se fixe. Cela encourage le pratiquant à s’exercer avec plus de sérieux, plus de régularité et de façon cohérente. Il s’agit d’une émulation positive pour la pratique martiale dans son ensemble. Par ailleurs, n’oublions pas que la compétition en Karaté prend plusieurs formes (combat, kata et casse dans certains styles) parmi lesquelles les critères et les exigences sont différentes. Elle offre la possibilité d’apprendre à gérer son stress, à tester sa technique, apprendre l’humilité (accepter la défaite et la décision extérieure) et acquérir un « sens du combat ». En cela, elle reste dans l’esprit du Budo.

illustration-karaté-compétition

Quand la compétition vient compléter l’art-martial….

Tant que la compétition garde une fonction pédagogique et reste un moyen, l’art-martial n’est pas en péril. Cependant, dès lors qu’elle devient une fin en soi, il y a des risques pour que l’art-martial soit dénaturé. Chacun est libre de s’inscrire à une rencontre sportive ne serait-ce que pour tenter l’expérience, mais il faut être conscient des limites de la compétition.

En karaté, il suffit d’observer les règles (nécessaires) du combat pour se rendre compte de l’appauvrissement du style, des formes changées, des coups limités, du format même qu’adopte le combat… Il apparait clairement que l’art-martial ne peut se limiter à ce qui s’exprime dans une compétition, quand bien même on voudrait ériger un code de l’honneur. Une standardisation et une simplification sont indispensables à la mise en place de compétitions (même au sein du MMA). Il faut des règles, donc des limites pour que l’art-martial rentre dans un cadre compétitif, cela semble relever du bon sens, mais il ne faut pas que l’enseignement d’un art-martial soit dépendant des critères de la compétition. Le karaté ne peut livrer toute sa richesse quand il obéit à de telles exigences. D’autant plus que les compétitions possèdent une dimension spectaculaire qui dicte souvent le déroulement d’un combat (temps, catégories de poids, système de décomptage des points plus ou moins important selon les coups etc.).

Mais il est vrai, la mise en place de compétitions offre une certaine médiatisation et permet de faire connaitre les sports. Aujourd’hui le Karaté possède tous les critères pour devenir une discipline olympique, ce qui pourrait lui conférer une certaine légitimité et augmenter son influence (bien qu’il ne soit pas à plaindre). Cependant, il serait bon qu’une telle manifestation sportive, sensée promouvoir le Karaté, ne soit pas synonyme d’appauvrissement du style. Il ne faudrait pas que les règles de la compétition conditionnent les formes de l’art-martial.

La compétition n’est pas dénuée de tout intérêt, au contraire, elle possède une fonction pédagogique non négligeable dans le sens où elle permet la confrontation dans un environnement sain et régulé. Aussi, elle permet d’évaluer sa marge de progression tout en se fixant des objectifs. Si certains disent que son utilité est limitée, personne ne peut nier qu’elle reste un moyen d’améliorer la pratique. Si l’art-martial ne peut se réduire au format d’une compétition, c’est aux professeurs de choisir de transmettre un enseignement complet, un enseignement proche de l’esprit originel qui sait s’adapter à l’ère moderne.

Le Karate aux Jeux Olympiques de 2020 !

Que l’on reconnaisse ou non la légitimité de la compétition en karaté, les jeux olympiques constituent une véritable vitrine mondiale des sports qui y sont représentés. C’est pourquoi, je vous invite à signer la pétition en ligne que j’ai moi même créée afin de soutenir la candidature du karaté au Jeux Olympiques de 2020 !

En effet, en juin 2015, le groupe de travail de Tokyo-2020 a sélectionné 8 sports (le baseball/softball, le karaté, le bowling, l’escalade, le surf, le roller et le wushu) parmi 26 candidats. Les membres du CIO prendront leur décision finale à Rio en août 2016.
Ce n’est pas trop tard pour agir ! Rejoignez dès maintenant lespersonnes qui ont déjà signé cette lettre-pétition :

Oui je soutiens la candidature du Karaté aux Jeux Olympiques

 

 

Dites moi ce que vous pensez de la compétition dans un commentaire ci-dessous :

  • Pour vous, la compétition va-t-elle à l’encontre des valeurs et de la philosophie véhiculée par les arts martiaux et plus spécialement par le Karaté ?
  • Et si vous êtes compétiteur quels sont vos motivations à aller combattre lors de compétitions de karaté ?

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Guide offert !
"Comment réussir vos passages de grade"


 

Recherches utilisées pour trouver cet article :

karaté compétition obligatoire, karate sans competition, les kata du karate contre ceux du taekwondo, quand commencer la compétition en karaté, quoi choisir gymnastique arthestique ou karate, votre premiere compétition de karaté
[Total : 10    Moyenne : 4/5]
Comment Tags : Stats Santé Lexique
Déjà 10 commentaires laissez le votre ci-dessous !!! →

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS

*

Tags:
Separate individual tags by commas
  1. Gaspa permalien

    Bonsoir, Bruno. À un moment donné je pense qu’il faut y passé afin de se connaître un peu plus et déterminer son propre niveau. Tel est la voie aussi. N’ayant pas l’esprit de competion, ce sera je le crois un mauvais moment à passé. Qui me fera laisser tombé ou bien perfectionner ma technique. À présent je suis ceinture orange, je connais mes katas jusqu’à la bleu grâce a tes vidéos. Je travail mon explosivité mais j’ai toujours pas de kiai à moins qu’il soit silencieux comme l’archer? Je sais pas. Dommage que j’ai pas pu faire parti des beta testeur…

  2. chris permalien

    Bonjour,
    La compétition pour se confronter à l’inconnu. Apprendre a respecter les règles et l’arbitrage.
    Sélectionner les compétiteurs, qui y participent, par la compétition et non par l’arbitraire du prof.
    Dans ce cas oui pour la compétition.
    Ses vertues pédagogiques sont évidentes.
    Sportivement.
    Chris

  3. Robert permalien

    Comme j’ai déjà eu l’occasion de te l’écrire je suis contre la compétition en Karaté. Je suis un ancien élève de Maître Roland HABERSETZER et j’adhère à sa philosophie des Arts Martiaux. Je te propose de lire son dernier livre à ce sujet :
    “TENGU-RYU KARATE DO”
    Cependant j’apprécie beaucoup ce que tu fais pour le Karaté.
    Robert

  4. Alain permalien

    Le Karaté n’a pas sa place aux J.O Le taekwondo a commencé et utilise les mêmes techniques que le Karaté ou l’inverse, les combats actuels, positions et attitudes sont une copie du Teakwondo. Le Karaté est plus un art Martial avec des techniques non télévisuelle ! Je ne vois pas des Katas qui tourneraient plus à de la démonstration gestuelle comme la gym ou le patinage artistique, sauf que le karaté est un art pour vaincre un ou des adversaires. Nous avions une chance avec le Karaté contact,
    casque, protections, gants de boxe ! oui dans ce contexte sportif de combat avec des règles de boxe, l’évènement serait crédible, mais des combats de karaté classique ou des Katas, n’auraient aucune crédibilité ! car le monde sportif non initié ne comprendrait rien et le monde non initié encore moins.

  5. La compétition a ses vertus, notamment celles de l’humilité et se mieux connaître. Pratiquant depuis 40 ans dont 5 ans de compétitions, je considère que celle ci ne doit être qu’un bref passage dans la vie d’un karatéka au risque de se détourner de l’essentiel du Karaté. Si celui ci est tellement décrié aujourd’hui pour son inefficacité c’est à cause de l’aspect sportif qui a désormais pris le dessus dans les pratiques de club. Comme le dit Bruno c’est une vitrine pour le Karaté mais une vitrine de solderie. pourtant il y tout dans le Karaté et il n’est désormais réduit qu’aux gyaku, mawashi , uraken et ura- mawashi. Les karatékas sautillent comme des danseurs, sans appuis, ils portent gants, chaussons et plastrons. Bien entendu, c’est pour se protéger du fameux coup mortel !!! L’olympisme ne sera qu’un miroir aux alouettes

  6. Rochdi Sakni permalien

    Salut Bruno
    Je souhaite vraiment voir un jour le karaté aux JO . Le karaté ne est pas uniquement la compétition kumite mais aussi le kata et les présentations artistiques et acrobatiques.

    Le championnat du monde en kata laisse souvent un grand impact. C’est est très réussi. C’est est très beau et vraiment un festival et une fête d art et de competition de émotions et de joie sans risque ni brutalité.

    Je préfère voir le kata du karate en compétition aux jo et voir des réformes dans les lois du kumite pour réduire en maximum les risques.

  7. jacques permalien

    Oui à la compète pour la médiatisation et pour que les minots comme on dit à Marseille puisse se forger à l’adversité .
    Après le problème c’est que tout ce qui est efficace martialement parlant a été enlevé pour le côté justement aseptisé de la compète.
    Alors oui au kyokushinkai uechi ryu ou wado là ou sa tape un minimum pour de vrai car sans un minimum d’assauts et de coups portés autant apprendre à nager hors du bassin mais bon à un moment il faut de l’eau quand même…
    à bon entendeur salut!!!

  8. Chris permalien

    Je suis personnellement CONTRE le karate aux JO (regardez juste ce que donne la dérive compèt du Taekwondo) et absolument affligé par les règles dans beaucoup de compétitions de karaté “sportif” avec gants, protège pieds, plastrons parfois, sans le principe ippon shobu, ou on en est réduit à de la “touche”…. C’est consternant ! Toute l’essence même du karaté, qui est un ART martial et PAS un sport, est vidée avec ce genre de dérive ! On oriente trop dans certaines fédés ou écoles, les jeunes à aborder le karate comme un sport, avec comme but principal la compétition avec protection… Ridicule ! Le karate est issu de traditions de budo, est doit garder l’esprit de “Un coup, Une vie !” Dans le réel, on a pas le loisir de faire “des points”… Non, on a peut être que UNE seule chance… TOUT l’entraînement du karate, qui repose sur les,TROIS piliers Khion, kata, Kumité, est axé sur ce principe de l’INTENTION qui doit être TOTALE sur une attaque, une défense, une contre attaque …. Expliquer à des gens qu’en fait, dans la compète, on se fout de ça, et que le but c’est de faire des touches… C’est à mon avis une dérive… Les compétitions en karaté doivent se limiter soit à la compétition kata, soit en terme de Kumité, aux règles pratiquées en JKA… Regardez un Kumité JKA ou il n’y a quasiment aucune protection (que récemment des petites mitaines) et certains Kumité WKF, etc…. C’est le jour et la nuit. D’une manière générale, au quotidien, dans le dojo, jamais le cours ne doit être orienté vers comme finalité, la compétition…. Seulement à vouloir faire du spectacle, du show, du divertissement, avec plein de fric, de sponsor, du star système, ça ne peut QUE dégénérer ! Le karate est avant tout un combat contre SOI-MÊME ! Ne l’oublions pas…

  9. Tout est dit, + 1 pour Chris

  10. Un enquête sur les pratiquants donne environ 18 % de compétiteurs (voir lien), ce qui contraste avec la communication de la FD ou il n’est question que de cela….Dans ce que j’ai remarqué,l y a des pratiquants jeunes, puis une période de latence (étude, mariage, vie professionnelle) et un retour de nombreuses années après, pour combler un besoin d’exercice. Donc 2 types de pratiquants.
    Mais comme la fédération est rattachée à un ministère jeunesse et sport, qu’il y soit principalement question de compétition c’est normal.
    Le sport soit bon pour la santé ? il coute cher sur ce plan et l’on à compté 900 000 accidents en 2008 et des couts en milliards. La recherche de performances et de médailles prime sur les problèmes de santé et de long terme (sportif a la retraite a 30 ans car usé). Sans parler des séquelles qui se manifesterons hors pratiques.
    A mon avis, il devrait y avoir un karaté et même des manières de pratiquer les sports, distinctes pour les plus vieux, qui profiterai de compétences et de suivi d’un ministère de la santé. J’ai remarqué que certaines manières de pratiquer bas ne réussissent pas a tout le monde et cela coince au niveau du dos (courbé).

    Comment Tags: Stats Santé Lexique