Le Karaté est il un art de guerre ???

86

En préambule de l’article sur Taïkyoku Nidan, j’avais suggéré que le Karaté était un art de guerre. Cependant, suite à cet article, j’ai eu pas mal de réactions car certains estiment que c’est faux.
Pour en avoir le cœur net (et même clair et net 😉), j’ai posé la question suivante sur divers forums : « Le Karaté est il un art de guerre? ».

Même si la question est très simple, les multitudes de réponses diverses et variées que j’ai reçues m’ont donné envie d’écrire cet article. Car contrairement à ce que certains pensaient, le sujet méritait bien d’être approfondi.

Je vais donc tenter de faire une synthèse des réponses faites sur les forum afin de savoir si oui ou non le Karaté est un art de guerre.

Le Karaté est il un art de guerre?

Thèse :

Le karaté est originaire du To-De de l’île d’Okinawa dans l’archipel des Ryukyus au sud-ouest du Japon. A cette époque, ces îles ne faisaient pas partie du Japon.

Dès 1429, sous l’occupation chinoise, lorsqu’un décret interdit la possession d’armes sur l’île pour éviter les révoltes, les paysans développèrent, en se basant sur des techniques martiales chinoises, des techniques de défense à main nue : c’était le début du To-De.
Les habitants y ajoutèrent l’usage martial d’outils agraires, ou de la vie quotidienne (Bô (bâton long), les Sai (tridents métalliques), les Tunkuwa (ou Tonfa), le Nunchaku (fléau à 2 branches en bois), etc). C’était le début du Kobudo.

Nous ne savons pas si ces techniques ont servi pour faire des guerres à proprement parlé, mais il semble très probable que les habitants les aient utilisées contre les envahisseurs en arme, et que de toute façon, le but premier paraît bien être de se défendre contre des guerriers.

Plus tard dans l’histoire, le royaume de Ryukyu était indépendant et riche grâce au trafic maritime et notamment au commerce avec les Empereurs chinois. Mais cette richesse faisait des convoitises : la famille Shimazu qui régnait sur la province de Satsuma fit la guerre à Okinawa au XVe siècle. Il semble encore une fois que le To-De fût utilisé pour combattre les assaillants. Ils durent capituler en 1609. Mais cette invasion japonaise favorisa l’orientation du To-De vers une pratique guerrière.

J’ai volontairement résumé et employé le conditionnel car il n’est pas facile pour un non historien comme moi de vérifier tout ceci avec certitude.Dark Vador sur Karate-Blog.net

Mais si l’on en croit l’Histoire telle qu’elle nous est contée, le Karaté, originaire de l’Okinawa-Te, lui même originaire du To-De a bien une vocation d’origine guerrière, même s’il n’était pas enseigné à des armées pour faire la guerre, mais à des civils pour se défendre contre des guerriers.

Donc, si l’Histoire ne nous ment pas on peut penser que

« le karaté était bien à l’origine un art guerre. »

Anti-thèse :

Comme je viens de le préciser, l’Histoire ne dit pas toujours la vérité, et certains estiment même que tout ce que je vient d’écrire, ne serait qu’une légende
(c’est bien ma veine! :-D).

En effet, il semblerait plutôt que le To-De n’était pas enseigné au paysans, mais aux Peichin (nom donné au samuraï d’Okinawa) affectés à la protection des bateaux contre les pirates.

Dans ce cas, le Karaté n’aurait plus d’origine guerrière, mais plutôt de police, ce qui est quand même différent.
Les techniques ne serviraient plus à se défendre contre des guerriers et leurs armures mais serviraient à des policiers ou vigiles (ici les Peichin) pour faire régner l’ordre.
Le Karaté serait alors uniquement un art de combat civil.

Une petite question me vient alors à l’esprit, pour qu’elles raisons avoir développé des techniques de combat à mains nues ou avec utilisation d’outillage agricole si le but est de l’enseigner à des samouraï

Je n’ai pas réellement de réponse et je pense que je n’en aurai sans doute jamais tant l’histoire de l’origine du Karaté est floue.

En outre, lorsque l’on lit les ouvrages de Maître Funakoshi sur le Karaté, il n’en parle jamais comme d’un art de guerre, mais comme d’un art d’activité physique, d’autodéfense et de discipline spirituelle.

Maître Funakoshi étant considéré par beaucoup comme le père du Karaté moderne, on pourrait en conclure que

« le karaté n’est pas un art de guerre. »

Synthèse :

Ne pouvant avec certitude départager ces deux thèses, je vais vous donner mon ressenti : à mon avis, le karaté, comme la plupart des budo qu’ils soient avec armes ou sans n’est pas uniquement une activité physique, d’autodéfense mais a bien été développé en tant de guerre (civile ou militaire) pour permettre aux habitants de se défendre.
Il y a donc bien un côté guerrier à l’origine, mais ce n’est pas non plus un art de guerre au sens qu’il n’est pas fait pour des armées de soldats, mais plutôt pour des individus.

Il n’y a pas dans nos disciplines de stratégie militaire, mais plutôt des stratégie de combat individuel.
Par la suite, le Karaté a été utilisé et amélioré au cours des siècles, soit pour se défendre en temps de guerre, soit pour se défendre contre des pillards…

Maître Funakoshi ne présente pas le karaté comme un art de guerre, mais plutôt comme une école de la vie :
Certes, mais n’oublions pas qu’il avait pour but de développer le karaté au sein des écoles. Le côté martial du Karaté n’allait pas avec la « scolarisation » du karaté.
En outre, en 1922, lors des premières démonstrations de Maître Funakoshi au Japon, le Karaté n’était sans doute déjà plus utilisé comme un art de guerre depuis bien longtemps, mais son origine remonte à bien avant.

Le karaté est un Budo (武道), or le kanji Bu désigne la guerre. Cependant, ce kanji se décompose en deux parties signifiant « lance » et « arrêter » et on pourrait traduire le Budo par « la voie pour arrêter la lance », donc plutôt un art de défense.

Le Karaté restera à mon avis plein de cette ambiguïté entre l’art de guerre et l’art de défense.
En fait le Karaté est fait de beaucoup d’ambiguïté et de dualités complémentaires comme apprendre à donner des coups de poings pour ne pas en recevoir, savoir être fort et souple, dure et mou, rapide et patient… Bref, la philosophie chinoise du Yin / Yang que nous avions abordé dans l’article sur Taïkyoku Sandan est omniprésente dans le karaté.

Je pense réellement que le Karaté, même s’il a été édulcoré quelque peu lors de sa scolarisation par Maître Funakoshi (et d’autres…) a des origines guerrières et que les karatéka, ont bien souvent plus qu’une âme de sportif. D’ailleurs notre code d’honneur est un peu différent du code du sportif.

Le karaté est un sport, un art de défense, une méthode de développement corporelle, une formidable école de la vie… certes, mais ce n’est pas que ça.

Pour conclure, je laisserai la parole à mon ami Marc, qui me suis depuis l’origine de ce blog et qui a dit dans son dernier commentaire une chose qui résume tout ce que je viens d’écrire à merveille :

« Le Karaté est un Art de guerre au service de la Paix »

Voilà, pour terminer, une fois n’est pas coutume, je ne vous invite pas à regarder une vidéo, mais plutôt à relancer le débat et à donner votre propre avis dans un commentaire ci-dessous.

A bientôt,
Bruno

PS : Je remercie vivement tous les intervenants sur les forums suivants :
forum.doctissimo.fr, Forum Infokaraté, KarateJapon.net, Forum du site www.karate-traditionnel.fr.st, Kwoon.info, WebMartial, YamaMusha  qui grâce à leur réponses argumentées m’ont permis d’écrire cet article, et merci à Marc pour la conclusion.

Facebook Comments
Guide offert !
"Comment réussir vos passages de grade"
 


86 commentaires

  1. Le karaté est un art de guerre pour celui qui le pratique avec l’esprit du To-De.
    Le karaté n’est pas un art de guerre pour celui qui le pratique avec l’esprit de Funakoshi.

    L’esprit de Funakoshi est un esprit de non violence. La violence est l’apanage des faibles.
    Le karaté est l’art des hommes vertueux pour celui qui le pratique avec l’esprit de non violence, l’esprit de Funakoshi.
    Chacun est libre de le pratiquer à sa façon.
    Oss !

  2. Bonjour je suis maître karaté à l’université assane Seck de ziguinchor et je veux un appui pour être au dessus des autres arts.

  3. Je pense que le karaté est avant tout un sport et un formidable moyen de se défendre;
    Mais il y a aussi le côté « lifestyle » qu’il ne faudrait pas négliger non plus!
    étant moi même attirer par la philosophie bouddhique ainsi que taoïste j’affirme que cela va de paire avec la pratique du karaté-do!!!
    La méditation aide beaucoup a pacifier l’esprit et stabiliser celui-ci quand on s’entraine régulièrement !!!
    voilà ce sont mes conclusions que je peux apporter pour ton blog cher Bruno!!!

    à bientôt donc…

    cordialement David S’

  4. Bonjour tout le monde,

    pour moi, le karatédo, tout comme les autres arts martiaux, est un outil de développement physique et personnel.
    Il ne sert ni la paix ni la guerre, il prend la forme et volonté de son utilisateur.

  5. Mohamed Lamine COULIBALY sur

    Le Karate est plus qu’un acte de guerre car il vise a sympathiser avec l’adversaire, et donner le message que la non violence triomphe toujours de la violence.

  6. Pour moi le karaté est un art de combat. Il y a toute sorte de combat, contre un attaquant, de compétition mais aussi contre nos propre bibitte intérieur, la maladie ect…… Pour moi la pratique du karaté est ne discipline qui peut nous aider aussi dans tous c’est autres combats.

  7. Bonjour cher ami Bruno,
    Selon ma connaissance, le Karaté est un art de guerre pendant l’empire Chinois, lorsque il à dominé le Japon. A l’époque les soldats de l’empire Chinois interdisaient les armes aux Japonais, en même temps les soldats de l’empire faisaient des dépassement sur la population Japonaise.
    C’est dans ce cas que les payants Japonais ont développé le Karaté qui est un art de défense à mains nues pour se défendre contre l’ennemis Chinois.
    Puis au fils du temps : Le grand maître Jichin Funakochi lui à changer le sens et il le rend, en discipline sportive avec des règles bien étudier pour le rendre en art de maîtrise de soit, de bien-être, de souplesse, d’endurance et de paix en faisant des compétitions afin de bâtir une famille sportive et d’attiser l’amitié et la fraternité au niveau mondiale, grâce au travail du grand maître.
    Salutations

  8. Bonjour,

    Il l’est par la recherche* de son état d’esprit antérieur et n’est qu’un moyen pour se l’approprier.

    Du point purement technique, trop de lacunes ne permet pas un travail adaptatif dans l’optique de « self défense ».

    D’où la nécessité de * et de se pencher sur la définition des mots art et guerrier afin d’élaborer une pratique codée sur cette notion originelle.

    Perception éloignée et basique de la légèreté de la compréhension du « ki »: les pratiquants crient soi disant pour l’exprimer. Stupide et absurde.
    Simple décharge évllt émotionnelle.

    L’énergie interne se manifeste par l’extériorisation d’une canalisation de ce fluide énergétique.

    Romaric.

  9. Bonjour,

    A mon humble avis, le karaté est une redoutable méthode de combat qui sert à tuer. donc c’est indiscutablement un art marial donc un art de guerre. Il faut beaucoup de temps pour décoder cet art. Les katas témoignent de cette vérité, il n’y a qu’à voir certains mouvements que je qualifierait de létaux. D’ailleurs durant l’entrainement le disciple fait attention à ne pas toucher son partenaire, évident non ! Kihon, sambon kumité…attestent de la thèse martiale.

  10. Assez rapidement, je dirais que le karaté n’est pas un art de guerre. La guerre nécessité des moyens qui ne sont pas dans cette discipline : armes, espionnage, moyens lourds, stratégies en groupes, sabotage, déstabilisation des forces…. et j’en passe. Ça aurait été mieux de poser la question sur des forums spécialisés comme  » sciences martiales et de survie » plutôt que des forums ou l’art martial n’est souvent qu’un loisir et non une pratique de tous les jours par nécessité…. Disons alors que le karaté peut dans un certain contexte être une infime partie d’un art de guerre…. cependant un budo n’est pas un bujutsu. La pratique dans un club n’a pas la même optique que le combat en milieu hostile 🙂 La discipline ne remonte pas non plus aux périodes sengoku-jidai. Je rejoins les postes ci dessus qui argumentent la définition de l’art de la guerre.
    Dominique

    • Vous avez bien défini la chose et on devrait en finir sur ce sujet. Oui nous ne pouvons pas nous comparer a des gens qui envisageait la mort et le « do » qui est la mort de l’ego c’est plus supportable mais moins « motivant ». Ces glissements sont le fait de pratiques qui se sont déplacées vers des groupes sociaux différents des anciens déja au Japon a mons avis.
      UN MONDE NOUVEAU QUI IMITE L’ANCIEN
      Les maitres japonais Kano(né en 1860), fils d’un riche brasseur, Ueshiba (né en 1883), fils de propriétaires terriens et Funakoshi (né en 1868) okinawaien d’une lignée de samourais (mais il ne parle jamais d’entrainement au sabre) n’étaient pas impliqués dans une vie militaire de combat et de campagne.
      UN MONDE ANCIEN
      Avant l’ère Meiji, Samourai (guerrier) cela signifie : descendant de guerrier + une éducation spéciale + 2 sabres. A coté des sabre, il y aussi deux petites lames décorées qui servent un peu à tout.
      C’étaient des gens fondamentalement prêt à mourir et n’avaient pas semble-t-il pas d’état d’âme à couper des têtes de malpoli. N’oublions pas que guerrier c’est tuer qui on vous dit de tuer. Cela peut être égorger un jeune soldat de 20 ans et cela s’enseigne encore dans des manuels. L’auteur rajoutant faut faire vite sinon on en plein la manche. Je ne sais quel samourai avait tué un enfant parce qu’il allait devenir successeur d’un clan et aurait déranger les interêt de son maitre.La version complète du Hagakure est lugubre a souhait. Quand au technique de corps à corps contre un homme en armure cela se reduit à briser les membres et pas une clé pour lui dire « tu arrête de m’embêter ! ». Parmi les entrainement d’un futur guerrier la plupart des traditions comportent un entrainement à la douleur. C’est pourquoi sur les squelette de guerrier des légistes expliquent que ceux-ci avaient reçu de nombreuses blessures au court du combat qui leur fut fatal.

      Nous sommes des générations qui n’ont pas connu la guerre, certain même pas l’armée, et pouvons en avoir une version idéalisée. Ne nous y trompons pas on fait avec des fusils ce que faisaient d’autres avec des sabres. En Europe nous avions des hussards plein de prestige, mais la société leur réservait un sort qui est bien expliqué par le Roman de Perez Reverte, le Hussard. Pour moi, guerre = martial = militaire, je le réserve au militaire, d’ailleurs nous avons des troupes déployées et nous ne parlons plus des morts et des blessés. Nous sommes si loin de tout cela. Si loin du passé aussi, quand Alexandre bataille contre les Indiens (Inde) et que de l’autre coté, il y à le roi Poros, qui finit la bataille blessé mais négocie la paix. On n’est loin de nos endimanchés qui déchaine les enfers.

  11. Bonjour,

    Je partage la thèse, le karaté est un art de la guerre.
    Tout comme nous sommes en guerre contre le terrorisme sans prendre nous même les armes, le karaté comme d’autres arts martiaux est là pour nous défendre. Il nous rend plus fort dans notre corps, dans notre tête, pour nous protéger, protéger nos proches.
    En temps de paix c’est comme un sport que nous le pratiquons, dans la convivialité. Si nous étions en temps de guerre nous l’utiliserions certainement dans un autre esprit.
    Espérons ne jamais repondre à cette question avec certitude.

    Gatien

  12. Sensei KASE a declare devant la redoutable efficacite de yoshitaka funakoshi que son pere (Gishin Funakoshi) lui aurait appris le « Karate Guerrier » !!!

  13. A mon avis, le karaté est à l’origine spécifiquement okinawaien, puis d’autres choses y ont été ajouté :
    http://karate.philau.fr/origines/
    J’ai crée un livre pdf gratuit avec les fiches wikipedia qui est telechargeable gratuitement sur cette page.
    Un premier constat : ce ne sont pas des paysans qui ont pratiques et diffusés le karaté, mais surtout des nobles. Toutefois certains étaient des gardes du corps ou en charge de la sécurité parmi la noblesse qui vivait pres du palais royal (SHuri). Par contre, les outils agraires servaient peut-être aux non-samourais a se défendre des voleurs.
    Quand aux fameux champs de bataille je doute fort que l’on fasse grand chose a main nue devant des gaillards sur-entrainés, sans parler
    Le dernier point c’est que le vieux karate est plutôt gore, pique aux yeux, à la gorge, saisie des parties, arrachements, etc….toutefois celui-ci était défensif (adage : « Pas de premiere attaque en karate » ce qui change completement du karate de compétition.
    Le problème de fond c’est que plusieurs choses se sont mélangés qui orientent différemment le point vue.

  14. Un art de combat civil.

    Anciennement le karate ná pas été utilisé par les armées en guerre. Ils ont été utilisé la cavalerie des lances, des épées, des arcs et des fleches et des fusils e des canons plus tard.
    Dans les corps à corps désarmé les samurais avait, e avant lápparition du karate de Okinawa, d´autres techniques de combat qui faisaient partie de leur formation de guerrier.

  15. effectivement la question se pose.
    Je ne formulerai pas ma pensée aussi bien que certains( beaucoup plus scientifique que littéraire). Je pense que le karaté dans ses origines avait pour rôle de défendre et de protéger que ce soit chez des paysans,des nobles ou des samouraïs et donc un rôle plutôt « guerrier ». Mais il est maintenant travail d’intériorisation autant physique( connaissance de soi) que psychologique et donc une école de la vie. Et plus que le sport le Karaté amène un art de vivre, le respect d’autrui, un bien être et un message de paix mondial dont nous avons tous besoin !

    • Chacun décide de ce quil souhaite faire du karaté car Il s’agit d’un outil. Il sert à détruire ou à construire. Toutes les réponses sont bonnes.

Laisser un commentaire

3d028427667e4ad563085e8f585a611chhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
111 Partages
Partagez104
Tweetez
+16
Partagez1