Karaté: votre voie doit avoir une destination

3

Votre voie doit avoir une destination

Aujourd’hui, je voulais aborder le thème de la voie.

Avant de faire du Karaté, j’étais spécialisé en voie ferrée : un genre de « samou-rail ».

Puisque je fais du karaté et qu’on parle toujours de la voie, je me suis dit que j’allais faire le lien entre les deux: du passage à niveau au passage de niveaux.

Vous devez avoir une destination

Ce n’est pas spécialement une gare terminus mais, dans tous les cas, vous devez avoir un but. Pour l’atteindre, vous allez devoir suivre votre voie vers une destination précise.
Quand vous prenez le train, c’est pour vous rendre à une gare particulière.
Vous n’allez pas vous arrêter dans une gare, au hasard.

J’ai un ami qui vient d’écrire un livre sur ses voyages en train car il s’amusait, pendant quelques jours, à monter dans le train et puis à partir, au hasard, à droite, à gauche.
C’est peut-être sympathique, c’est amusant, mais quand on fait ça, on n’a aucune destination ni but. Et, finalement, on n’est pas spécialement satisfait ou déçu d’aller dans tel endroit ou à tel autre.
Ça peut être bien de temps en temps mais, si vous voulez vraiment progresser en karaté, il faut faire autrement.
Vous savez que le Karaté-do, c’est la voie du karaté et votre voie doit avoir une destination.

Qu’est-ce que je veux dire par là ?
Fixez-vous des objectifs. Vous ne devez pas rentrer dans un club de Karaté et venir vous entraîner sans savoir pourquoi. Posez-vous ces questions :

  1. Pourquoi je suis là ?
  2. Pourquoi je viens m’entraîner ?
  3. Dans quel but ?
  4. Quelle est ma destination ?

Vous devez avoir des réponses à ces quatre questions
Ça peut être juste pour le plaisir, mais, le plus souvent, ce n’est pas le cas.
Le Karaté est assez complexe à apprendre. L’apprentissage du karaté, ce n’est pas juste des mouvements de gymnastique. En Karaté, il y a quand même des choses à retenir.
Si vous n’y venez que pour le plaisir et que vous n’apprenez pas, vous n’allez pas évoluer avec les autres. Au bout d’un moment, le plaisir diminue car vous voyez les autres qui progressent et vous, vous stagnez. Au final, vous perdez en plaisir.
Pour éviter cela, donnez-vous des objectifs.

Objectif ceinture noire

Quand quelqu’un arrive dans un club de karaté, son premier objectif doit être la ceinture noire.
Vous allez me dire : « Mais tu es fou ! La ceinture noire ? Je viens d’arriver ! ».
Ça doit être votre objectif mais ça ne veut pas dire que c’est la fin du voyage. La première gare importante que vous devez viser est la ceinture noire. Vous pouvez peut-être mettre trois à quatre ans, peu importe. Mais vous ne devez pas arriver en vous disant : « moi, je ne serai jamais ceinture noire ». Non, il faut que vous vous disiez : « Oui, moi je veux être ceinture noire ».
Pour vous aider à voir votre progression, vous avez des petites gares intermédiaires mais vous ne devez pas vous y arrêter trop longtemps. Ce sont les gares « ceinture jaune », « ceinture orange », « ceinture verte », « ceinture bleue », « ceinture marron » et « ceinture noire ».

Et après, vous continuez. Il y aura les gares de « Premier dan « , « Deuxième dan », etc.
Pourquoi est-ce que je vous dis toujours que votre objectif doit être la ceinture noire ?
Parce qu’avoir ce grade signifie que vous connaissez maintenant toutes les bases du Karaté.
C’est un peu comme si on vous avait donné tous les outils.

 

Des bases pour évoluer

Si vous ne voulez pas avoir votre ceinture noire, c’est un peu comme quelqu’un qui veut être boulanger, mais qui ne veut pas apprendre et qui ne veut pas qu’on lui donne tous les outils. Il ne veut pas avoir son CAP de boulanger.
Autre exemple : vous commencez l’équitation, puis, vous vous dites : « moi, je veux bien apprendre, mais je ne veux pas monter sur le cheval ». Le problème c’est : c’est seulement quand on monte sur le cheval qu’on se fait plaisir dans l’équitation.
C’est la même chose avec le karaté. C’est seulement une fois que vous allez avoir la ceinture noire, que vous allez vraiment vous mettre à travailler votre karaté pour le développer.
Vous allez le ressentir et pouvoir le faire évoluer parce que vous aurez tous les outils pour pouvoir travailler.

Il faut que vous vous fixiez des objectifs. C’est hyper important. Si vous partez dans le vague, vous êtes sûr de stagner. Beaucoup de karatékas font du karaté pendant un an, deux ans et puis après, ils diront : « non, finalement, ça ne me plait pas ».
A votre avis, pourquoi ?
Parce qu’ils ne se sont jamais fixé des objectifs. Du coup, ils n’avaient jamais le feu en eux qui leur donne l’envie de progresser. Ils venaient juste comme pour une séance de gym. Ça leur faisait du bien mais, au final, ils restent au même niveau.
Vous voyez, c’est très important de vous fixer des objectifs.

 

Shin Gi Tai

Dans le « Shin Gi Tai » on parle d’unité de la pensée, de la technique et du corps. (Je vous en parle dans l’article:  Shin Gi Tai, l’unité de l’esprit, de la technique et du corps. )
Penser à un objectif, c’est un peu comme utiliser le « Shin », parce qu’il veut dire l’esprit, l’intention et la motivation. Pour que vous soyez motivé, il faut que vous puissiez vous focaliser sur quelque chose dont vous avez vraiment envie. Voilà la voie !
Essayez également de vous fixer un objectif assez haut.
Quand vous rentrez dans un club de Karaté, consciemment ou inconsciemment, la ceinture noire, ça vous fait envie. Ne vous dites pas que c’est impossible mais pensez que tout karatéka qui a la ceinture noire et au-delà, a commencé ceinture blanche, comme vous. S’il a atteint ce niveau , c’est parce qu’il s’est d’abord donné des objectifs.

 

 

Attention, le train va partir

Pour vous aider dans vos objectifs, j’ai créé la méthode « Karaté 3G » qui comporte des cours en vidéos avec des supports écrits qui vous permettent de progresser beaucoup plus vite. Elle est basée sur mon expérience de professeur de Karaté, sur mes propres progrès et sur mes connaissances. Cette méthode est également disponible ceinture par ceinture, avec »les Packs Objectifs« . Si vous êtes, par exemple, ceinture orange alors le Pack Objectif ceinture verte vous mettra sur les bons rails pour obtenir votre prochain grade.
Et puis, si vous avez vraiment l’ambition d’avoir la ceinture noire, vous trouverez également le « Pack Objectif – De la ceinture blanche à la ceinture noire« .
En général, il y a, à peu près six heures de vidéos par Pack. C’est donc vraiment des programmes complets. Vous trouverez d’autres vidéos qui vous détaillent les programmes qu’il y a dedans. Il y a même des options de coaching, où là, vous avez des programmes sur 16 semaines. Vous êtes accompagné(e) pas à pas et vous savez, tous les jours, les exercices que vous avez à faire.
Ça va vraiment vous permettre d’atteindre vos objectifs.
Je vous ai fait une vidéo qui vous parle de tout cela:

Comptez sur karate3G™ pour vous aiguiller sur la bonne voie et maintenir votre « en-train ».
Vous éviterez les chemins de traverses qui mènent à des voies de garage.
J’espère que vous ne resterez pas à quai et que vous prendrez le train karate3G™ avec nous !

A bientôt

Bruno

Guide offert !
"Comment réussir vos passages de grade"
 


3 commentaires

    • Bonjour Philippe,

      Les kata peuvent servir de repères pour les passages de ceintures mais ils ont heureusement bien d’autres fonctions. En outre la pratique des Kata ne s’arrête pas à la ceinture noire, elle doit être l’entrainement de base de tout Karateka. C’est dans les Kata que l’on puise les connaissances du Karate.

      Amicalement,
      Bruno

  1. Bonjour Bruno,

    Très bon article une fois encore ! Et en plus tes petits jeux de mots et métaphores avec le train donnent un peps inattendus à tes explications !

    On revient je pense encore sur cette société de consommation dans laquelle nous n’avons plus des pratiquants mais des amateurs de fast-food sportifs. Les jeunes, principalement, veulent entrer dans un club et donner un coup de poing « efficace » après 1 mois de pratique. Et ça, le karaté ne le permet pas contrairement à d’autres disciplines qui mettent le pratiquant avec de gros gants pour ne pas se faire mal et à taper sur des paos rembourrés. Le pratiquant pourra mettre tout son poids dans son coup, avoir une technique déplorable mais il aura l’impression, la sensation de frapper fort et de pouvoir faire mal (sans se faire mal ?) en cas de problème dans la rue. J’ai moi même pratiqué le kick boxing. Quand j’arrive avec ma garde de Karaté, ils se moquent de moi car je ne protège pas assez mon menton avec mes deux petites mitaines malheureuses de karaté et l’ouverture entre les gants est forcément plus importantes qu’avec des gants de boxe…
    Bref, on revient sur le rôle de l’éducateur sportif. C’est à lui d’expliquer, de guider et de maintenir la flamme chez le pratiquant. C’est à lui de discuter avec les personnes venant au club afin de leur expliquer la différence entre un art-martial et un sport de combat. C’est à lui de poser clairement les jalons dans l’esprit des membres du club avec un programme clair et net (où ai-je déjà entendu cette expression ???) qui ne leurrera personne ? Personnellement je fais régulièrement des pauses historiques dans mes cours. Cela permet à chacun de se rappeler que le karaté est un véritable art de guerre qui a fait ses preuves sur les champs de combat. Cependant, il faut nuancer et expliquer qu’au début des années 1900, afin de faire rentrer le karaté dans les écoles, les techniques les plus dangereuses ont été cachées et le poing notamment fermé faisant disparaître toutes les techniques de piques et de saisies. D’où comme tu le dis, l’importance d’arriver à la ceinture noire et pouvoir redécouvrir ces « secrets ».

    Donner des repères pratiques et historiques permettra aux personnes venant au club de mieux comprendre et aimer notre magnifique art-martial !

Laisser un commentaire

5565fbf7e7c5127c37148b72dbcda30dooooooooooo
0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Partagez